Monday, April 06, 2020

[Lecture] "Ce lien entre nous" de David Joy.... un bonheur poisseux...



Livre envoyé gracieusement par les Éditions Sonatine.





Le résumé de l’éditeur :

Caroline du Nord. Darl Moody vit dans un mobile home sur l’ancienne propriété de sa famille. Un soir, alors qu’il braconne, il tue un homme par accident. Le frère du défunt, connu pour sa violence et sa cruauté, a vite fait de remonter la piste jusqu’à lui. Un face à face impitoyable s'engage alors.
 

Le contexte de lecture :


Cela fait deux ans que je collabore avec Sonatine… qui m’a procuré de belles heures de lecture, y compris un coup de cœur pour un auteur australien (Tony Cavanaugh) et la rencontre avec un personnage atypique que j’ai adoré (Ah, Cecil Winge !!!)


Cette année, j’ai encore pu demander les romans qui me semblaient les plus intéressants pour 2020…

A la lecture du résumé du nouveau David Joy, je n’ai pas pu résister… Ce côté sudiste des Etats-Unis, un lien d’amitié, un secret, une vengeance… Cela ne pouvait que m’attirer !




Le corps du roman : 


L’écriture de David est poétique et lyrique… mais également poisseuse et noire.

Le livre comporte de nombreux passages descriptifs sur la nature, les oiseaux, la beauté des forêts, du ciel, de ce coin des Appalaches. 


C’est ce qui saute aux yeux à chaque page… Nonobstant l’histoire, il y a ces phrases qui calment le jeu, nous donnent une bouffée d’air frais (et moite) et qui célèbrent ce magnifique coin des Etats-Unis !


Pourtant, je peux vous assurer que certains passages sont loin d’être aussi poétiques et beaux… Certains sont particulièrement noirs, sanglants, épuisants…nerveusement !


L’histoire commence par un moment simple, de braconnage, fait par Darl Moody qui profite de l’absence du propriétaire pour chasser le cerf. Ce qu’il prend pour un cochon sauvage s’avère être l’un des frères Brewer… dont l’ainé est redouté et redoutable dans le patelin ! Cet accident qui aurait pu être géré de manière rationnelle (on appelait les flics, on prend quelques mois pour braconnage…), tourne à la dissimulation. Il panique, appelle son meilleur ami, Calvin Hooper, un mec sympa, loyal et en couple avec une future infirmière. 


Les deux hommes vont dissimuler le corps dans la propriété de Hooper … Cela sans compter sur une caméra vidéo du propriétaire qui indique clairement qui était présent dans le bois au moment de la disparition du frère Brewer…. Ça et un objet trouvé dans la camionnette de Darl…


Dès lors, Dwayne Brewer, le frère meurtri (et meurtrier) va appliquer une vengeance sourde, froide, sanglante et particulièrement vicieuse.





Et, donc, Lisa ?


Ce livre prend à la gorge… notamment sur les conséquences des actions de Darl… Sa peur de se dénoncer va engendrer la vengeance de Dwayne Brewer sur les êtres qu’il aime le plus, y compris lui-même.


David Joy nous fait osciller entre la violence implacable et la beauté de la nature, splendide et calme.

Il pose également, çà et là, la question de l’amitié, de la loyauté, de la famille et de l’amour fraternel. Car Dwayne aimait inconditionnellement son cadet, Carol, dit Sissy… Il se positionnait comme son protecteur, son rempart… et Sissy était sa conscience. 


Son absence est d’autant plus blessante que les conditions de son décès n’intéressent pas Dwayne, il veut, juste, récupérer le corps de son frère pour discuter avec lui…. Puis, évidemment, pour appliquer sa mortelle vengeance… il veut que tous en paient le prix. 


Le plus incroyable est que, grâce à l’écriture de David Joy, on a de l’empathie pour ce forcené, pour l’horreur de sa vengeance alimentée par sa rage, profonde. On tremble pour les « gentils » mais aussi pour le méchant…

Petit à petit, Dwayne avance et agit froidement. Il s’en prend à Darl, en premier, puis à Calvin et à la femme qu’il aime. 


Parallèlement, c’est aussi la description d’un coin au pied des Appalaches, de ces « rednecks », de l’ambiance poisseuse, des conditions de vie, des mobile-homes, des paumés, des oubliés, des en-marges. 


La misère exposée souligne le côté inexorable du destin… Être né quelque part comme chantait l’autre…. 


Alors, attention, quand la rage de Dwayne se déchaîne, il faut avoir le cœur accroché devant les ravages de sa haine… 


Bref, il en a fallu de très, très, très, peu pour que je hurle un « 2e coup de cœur » mais il fera partie du TOP10 de l’année, sans aucun doute !!



***


Éditions Sonatine

Parution : 26 mars 2020
ISBN /EAN: 9782355847295
Nombres de pages : 304
Prix (à la sortie) : 21€ruros




No comments:

Post a comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....