Saturday, October 15, 2016

[Lecture] Suite du Club Lecture : le sujet de Dounia-Joy pour octobre !

https://douniajoy.wordpress.com/


Voici les instructions de Dounia-Joy pour le thème de octobre

  « Avis sur un livre qui vous a fait pleurer ».

Il y a peu de livres qui m’ont fait pleurer. Réellement pleurer, je veux dire. Le genre de pleurnichements où l’on est obligé(s) d’aller chercher la pile de mouchoirs (ou la boîte de Kleenex®) pour éviter d’inonder le lieu de lecture, et de constater, a posteriori, qu’on ressemble vaguement à un panda (ou que notre smoky est finalement parfait, au choix de la reine). 
Pour ma part, il y a des livres qui m’ont bouleversée, qui m’ont émue mais peu aux larmes.
Comme pour le dessin animé, « Peter Pan » me fait pleurer dès le début et le livre ne dément pas ce fait. Je pleurniche en tournant les pages. Une réminiscence d’enfance… 

 

Lorsque l’on devient adulte (ou quasiment), on voit la vie différemment. C’est une banalité d’exprimer cela mais ce sont les faits. On devient soit plus doux, soit plus dur, sinon, on peut rester le même mais avec des modulations…

Très peu de livres ont donc réussi à me faire pleurer, réellement. 



Pourtant, à la fin du court mais intense roman de Fred Uhlman « L’ami retrouvé », j’ai eu du mal à contrôler mes sanglots. Nul doute que cette histoire faisant écho à un sentiment chez moi. Mais de là à pleurer pendant cinq bonnes minutes comme si je venais de réaliser que j’étais seule sur la Terre, abandonnée par l’humanité toute entière, il y a un fossé.

Ce livre est subtilement émouvant et, pourtant, il n’est pas le plus dense du monde littéraire. Une petite centaine de pages, une écriture douce et limpide, une histoire assez banale somme toute, celle d’une amitié. 


L’Histoire, la vie, les regards portés, les préjugés et la peur vont transporter ce jeune garçon dans un autre univers, une autre vie, une autre vision dont l’amitié avec son camarade sera à la fois la plus belle et la pire histoire qu’il connaîtra. 

Là où ce livre est fort réside dans le fait qu’il n’en rajoute jamais ; la sobriété du récit est forte et délicate ; c’est beau et puissant mais terriblement triste. 

C’est là, lors du dernier paraphe que j’ai pleuré comme une madeleine et je remercie l’auteur pour cela. 

 

https://douniajoy.wordpress.com/

No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog