Monday, January 27, 2014

Mes amis sont sacrés... Pas Touche !


Je ne me vexe pas souvent ; 

La plupart du temps, je boude comme vexée, mais je ne le suis pas réellement. 

J’aime beaucoup prendre la mouche par jeu surtout quand je sais que la personne en face me connaît suffisamment pour ne pas s’offusquer.

Mais je peux me vexer profondément quand on s’attaque à ceux que je considère comme mon cercle intime. Je ne me vexe donc pas par rapport à ma petite (et modeste) personne, mais principalement quand on touche à mes proches ou mes amis.

Et dernièrement, quelqu’un a réussi à me vexer « pour eux » et me faire sentir « insultée », même si, je pencherais plus pour de l’humour maladroit.

Concernant mes amis, ils sont peu nombreux. J’ai des copains et copines avec qui je peux sortir, aller dîner, me marrer des jours entiers, partir en voyage, aller au cinéma, que j’aime beaucoup et qui le savent.

Mais quand on en vient à mes amis proches, je peux les compter facilement sur mes doigts.

Ces derniers m’ont fait l’honneur de m’aimer comme je suis, sans vouloir me changer, ni influencer mes goûts pour les adapter aux leurs. Ils m’ont ouvert d’autres horizons et ont, donc, par là, laissé rentrer d’autres centres d’intérêts sans me les imposer, en me laissant mon libre arbitre.

Je les aime parce qu’ils sont différents ou semblables à moi, pour leurs valeurs humaines, pas pour ce qu’ils représentent, ni pour ce qu’ils peuvent m’apporter matériellement, et encore moins par rapport à leur situation géographique, leur appartenance sociale/politique/religieuse.

Je peux être intolérante sur certaines valeurs que m’ont inculquées mes grands-parents et parents et, sur lesquelles, je ne transigerai jamais. La loyauté à mon éducation et à ces principes de base est essentielle ; Sinon, j’aurais l’impression de me perdre.

Alors, mes amis le sont car ils possèdent des valeurs, des concepts de vie, des intérêts, des idées, des parcours enrichissants et qu’ils ne me jugent pas.

Ils m’aiment pour ce que je suis intrinsèquement.

Et la réciproque est vraie. Je ne les juge pas, je les accepte avec leurs qualités et leurs défauts, leurs goûts et les dégoûts, leurs idées et leurs façons de vivre.

Je suis là quand il faut, je m’efface quand cela est nécessaire ; Je réponds aux appels de détresse comme aux blagounettes à trois sous.

Je suis une fille simple (qui a dit simplette ? Toi, au fond, tu sors !), pas chichiteuse pour deux sous (voire trois…), j’aime les grandes tablées « à la bonne franquette » comme avoir pleins de couverts et verres devant moi, je passe du champagne rosé millésimé au verre de comptoir ou en plastique, du foie gras à la truffe à la tranche de pain avec du pâté de campagne dessus, j’aime passer du temps à refaire le monde avec mes amis (ou un seul), balancer mon humour un brin british sous l’œil ahuri de Meilleure Amie qui rigole avec moi, etc.

Alors, mes amis proches vont véritablement disparates. Ils n’ont presque pas de rapports sociaux les uns avec les autres car ils ont tous en commun des qualités primordiales : la fidélité, la droiture, la loyauté, et la richesse du cœur (et du cerveau). 

Ils ne sont pas superficiels et possèdent ce léger grain de folie que j'affectionne tant.

Alors, on peut m’insulter, me vexer, se moquer de moi, me prendre pour ce que je ne suis pas (encore faut-il, pour me comprendre, me fréquenter au plus près et ne pas se fier à ce que je dis, fais dire ou ce que je renvoie… comme dirait Meilleure Amie « tu es mon glaçon tout chaud préféré ! »), mais ne vous attaquez pas à mes amis !

Et vous savez quoi ? Dans ces histoires d’amitiés, c’est moi qui ai de la chance, parce que mes amis m’ont choisie et qu’ils m’aiment.

Ils me font du bien, et j’espère sincèrement que je leur procure ce bien-être en retour.

A bon entendeur, salut … ou alors, on discute sérieusement et honnêtement sur le sujet de l’amitié autre part qu'à proximité d'une porte cochère  ?




Véronique Sanson "Pour Me Comprendre"