Saturday, May 21, 2016

[Séries TV] Petit point sur les séries vues aimées ou détestées !


 

Oh, là, là... je vous le dis, je ne vais pas m'en sortir !

Voilà, après le premier épisode de Game of Thrones, j'ai commencé à imaginer les autres épisodes, et depuis, je suis légèrement obsédée par la suite...

Ne parlons même pas des fins des saisons de The Originals - saison 3 (si je chope la donzelle du Moyen Âge, je la trucide !), Blindspot saison 1 (je suis perplexe sur la suite...), Scorpion saison 2 (c'est complétement invraisemblable, c'est un brin nunuche, mais ça m'amuse !) ...

Ne parlons pas non plus de la reprise de Banshee saison 4 (va falloir que j'arrête de soupirer sur le mauvais garçon devenu flic !), et consorts...

Bon, l'avantage du mois de juin, c'est l'Euro 2016 ; ça me va coller devant les écrans ou carrément au Stade (oui, oui, j'ai ma place pour voir mon équipe jouer ... Ah, oui, l'Angleterre jouera contre la Russie au Stade Vélodrome, le 11 juin)...





 Oh merdus, de merdus ! Voilà, voilà…

J’avais sorti ma boîte de Kleenex en prévision… 

Je n’ai pas été déçue (ou si, un peu, mais bon, enfin, non…) ; Je ne révélerai rien ici pour ceux qui ne suivent pas les épisodes « en direct des USA » (histoire de le visionner en version française) mais la saison 6 est largement au niveau.

Bon, je le redis aux scénaristes, il ne faudrait pas, non plus, s’amuser trop à dézinguer tous mes préférés… il ne m’en reste plus que deux, dont un qui est particulièrement mal en point ! Merci !



 

Non, mais sérieusement ! Il faut absolument que je cesse les soupirs (idiots) dès qu’apparaît sur n’importe quel écran le toujours parfait Cillian Murphy.

Saison 3, le dangereux mais troublant Tommy revient de loin (littéralement de la mort) et poursuit sa soif de pouvoir ; Son histoire avec les femmes n’est pas plus simple… Oscillant entre le plaisir et le pouvoir (ou vice-versa, ou les deux en même temps), il ne laisse rien au hasard…. La présence récurrente du brillant Tom Hardy ne fait que renforcer le côté bestial et risqué de l’édifice !

C’est cru, violent, et sanglant mais, soudain, plus léger, limite doucereux…. Cependant, toujours largement inquiétant et oppressant ! Et les riffs des Arctic Monkeys, la voix de Yorke, etc. ne dénotent pas !

Mais que ne ferait-on pas pour les (forts) jolis yeux bleus de Cillian Murphy ?




C’est toujours aussi addictif ! ça jure toujours autant, ça balance des saloperies et ça sent franchement la pauvreté mais c’est tellement humain.

Parmi les « barjots », le couple diabolique est particulièrement bien « doté ».

Peut-on avoir une saison 3 ?




Côté personnages sur le fil, on a notre part dans Tunnel et sa saison 2. Entre les flics qui ne sont pas les plus représentatifs d’un état d’esprit « net » et les « mauvais », c’est la confrontation frontale.

Les deux interprètes sont toujours aussi bons. Clémence Poésy est aussi butée que fragile, dangereuse que saine d’esprit.

L’enquête se suit, les allers/retours par l’Eurostar sont nombreux (trop) mais vraiment agréables. On passe d’un côté à l’autre de la Manche avec bonheur…

 

Dire que je dois absolument me concentrer en regardant cette série est une évidence. Je la regarde en V.O, donc en hébreu, avec sous-titrage anglais.

Autant dire que je ne peux pas regarder ailleurs deux secondes sans perdre le fil. Depuis la saison 1, j’ai capté quelques mots, tonalités et phrases que je reconnais et comprends. N’allez pas croire que je pourrais les répéter…

La deuxième saison est toujours aussi incroyablement géniale et l’un des acteurs principaux était assez charismatique pour ne pas me faire décrocher !

 

Comment dire ?

L’histoire est futuriste ; La violence est présente à chaque scène, quelque fois un peu trop voyeuriste mais cela se justifie sur la durée.

Cela laisse un drôle de sentiment d’insécurité et d’angoisse dès le premier épisode. Ce côté « sale », même dans la « bonne partie » de la ville, n’arrive pas à laisser un seul coin de ciel bleu dans cet univers sombre, noir, pourri.

Le personnage principal, interprété par le puissant et sexy Ola Rapace, est un véritable aimant à problème, archétype du mec dont on sait qu’il ne faudrait jamais l’approcher sous peine de « gros problèmes », même si son idéalisme est une belle cause.
Pourtant, c’est lui que l’on suit avec un intérêt grandissant malgré la noirceur et l’angoisse qui nous saisissent.


Allez, je vous laisse à votre écran et je vous dis "Au mois de juin, entre deux passes et un corner !"