Monday, April 11, 2016

[Humour] Suite d'une discussion entre le coeur et le cerveau : La déprime du cerveau



Épisode précédent : L'oubli




-       Pourquoi ? Il fait grève ?
-       Qui fait grève ?
-       Toi, l’intestin, si tu pouvais suivre un peu les débats au lieu de roucouler avec le Duodénum, ça nous ferait des vacances !
-       Petit cœur, tu deviens tyrannique !
-       Le foie, tu me gaves !
-       Oh, là, mais qu’est-ce qu’il y a en bas !
-       Oh merdus, le lobe frontal, il va nous plomber notre manif, ce con !
-       Qui me traite de con ?
-       Moi
-       Moi
-       Moi
-       C’est qui moi, moi, moi ?
-       Le foie, la rate et le poumon ! On a fait front commun pour l’occasion !
-       Et on peut savoir pourquoi y’a une manif, qui, je le signale, n’a pas été enregistrée par nos services !
-       Parce qu’on en a marre ! ça nous gonfle !
-       Il est fort, ce poumon, quand même ! Il utilise toujours des mots qui ont trait à son activité !
-       Ouais, la classe ! Tu me diras, toi, la rate, mis à part dire que tu as raté un truc ! Hiiii
-       Oh, t’es lourd, comme foie !
-       Hiiiii
-       Heu, par contre, je suis surpris par le manque d’hystérie du cerveau ! Il boude ?
-       Ah, oui, alors, demande au petit cœur ! Petit cœur, petit cœur, y’a le poumon qui demande pourquoi le cerveau ne râle pas, pour une fois.
-       Salut tout le monde ! Désolé de mon retard à la manif, mais je faisais le point avec les neurones.  Tout le monde est chamboulé là-haut. C’est officiel, le cerveau a un coup de mou.
-       Ne m’insulte pas, sinon j’auto-ventile !
-       J’ai rien dit ! T’es parano ou quoi ?
-       Heu, petit cœur, le mou, c’est du poumon mais pour les chats !
-       Ah, ouais … merdus ! Merci pour le mémo, mon lobe préféré ! Bon, pour le cerveau, il est donc officiellement déprimé !
-       Pourquoi ?
-       Lui ? Déprimé ? Mais c’est un dictateur ! Il s’époumone tous les jours pour nous gâcher la vie.
-       Tu continues à me vexer, petit cœur.
-       Mon poumon, suis un peu, sinon, on ne va pas y arriver. Donc, je disais, depuis le colloque de la semaine dernière sur « la thérapie cellule et les cellules souches, réalité et perspective », il a emmagasiné tellement d’informations que certains, là-haut, ont surchauffé et ont créé un appel d’air qui a produit un court-circuit. Du coup, il a perdu une partie des données « fondamentales à la compréhension de la différenciation durant laquelle une cellule subit un changement qualitatif  de phénotype ».
-       Oh, putain, c’est costaud, ça ! Je ne capte rien.
-       Je te rassure, chère vessie, je ne comprends rien du tout, non plus. J’ai juste enregistré la conversation. Ça fait quatre heures qu’il me tient des propos incroyablement incompréhensifs sur les cellules souches.
-       Certains d’entre nous ont débranché la liaison directe, il obstrue nos capacités de raisonnement.
-       Ah, bravo pour la solidarité du haut, le lobe frontal !
-       Mais, au juste, ça veut dire quoi ?
-       Putain, la rate, ne commence pas !
-       Bonjour tout le monde, ça va, vous, mes chéris ?
-       Coucou mon cerveau chéri !
-       Depuis quand il nous appelle « ses chéris » ?
-       Ta gueule, le poumon, joue le jeu ! Il déprime, je te dis !
-       Alors mon cerveau, ça va ?
-       Ouais…  un peu mieux. J’ai récupéré l’info que la différenciation stricto sensu était un évènement ponctuel !
-       Hein ?
-       Salut, mon poumon adoré ! Excusez-moi, mais c’est quoi tout ce rassemblement ? Vous êtes combien au bout de la ligne ? Petit cœur ?
-       Ben, y’a juste le poumon, la rate, la vessie, le foie, le duodénum et l’intestin, le lobe frontal et moi. Pourquoi ?
-       Et moi aussi, je suis là !
-       Ah, oui, je t’avais oublié le rein gauche. Pardon !
-       Le banc et l’arrière banc, donc ! Et, on peut savoir quel en est le sujet, non déclaré au préalable, comme le stipule le règlement intérieur lors d’une manifestation ?
-       Heu, on s’inquiète pour toi !
-       Et pourquoi donc ?
-       T’es déprimé ! C’est le petit cœur qui le dit !
-       Je vais faire rissoler le mou ! Je ne suis pas déprimé, je subis les affres des débiles qui ne stockent pas toutes les données transmises en temps et en heure et, du coup, je dois récupérer les infos par d’autres biais. Ça me comprime, ça me démotive et, si je m’écoutais, je m’autodétruirais immédiatement !
-       Tu déprimes, mon cerveau !
-       Toi, le petit cœur, au lieu de fomenter une manifestation non autorisée pour des conneries avec les autres glandeurs, tu ferais mieux d’organiser tes séances de cardio !
-       Youpiiiiiiiiiiiiiiii ! Tu es redevenu chiant, mauvais comme une teigne et pas aimable !!
-       Bien joué, petit cœur ! On est trop contents ! On a récupéré notre cerveau pas lent !
-       Excusez-moi, mais c’était un coup réfléchi, conjoint ?
-       Ben, ouais ! A nous voir glandouiller pendant des heures, on savait que ton coup de cafard passerait à la vitesse de l’éclair…
-       Buzzzzzzzz
-       Toi, le lobe frontal, au boulot ! Et vous, tous, aussi, bande de boulets !!! Au travail !!!!
-       OUI, CHEF !!
-       Ho, petit cœur ?
-       Oui ?
-       Je ne le dis pas souvent, mais là, je dois avouer que mes circuits sont émus.
-       Je t’aime aussi.
-       Ouais, n’en fais pas trop…. Retourne pomper !

 
 





No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog