Tuesday, December 04, 2012

Quelques spécimens repérés en concert ! - Deuxième partie


Suite des aventures des fans de concert en tout genre (oui, bien sûr, cela s’adresse en priorité aux fans de rock, pop etc.) :

La groupie hystérique : En majorité, ce sont des filles (les garçons sont plus sages côté hystérie). Premièrement, elle craque sur un des membres du groupe, l’appelle par son prénom (sans le connaître), imagine qu’il est « l’homme de sa vie », collectionne tout et rien sur lui et surtout l’attend des heures sous la pluie pour avoir la chance, Ô Miracle !, de l’apercevoir dix secondes et lui demander l’énième autographe de sa collection. Elle se poste au front row, hurle, raconte à qui veut comment « elle est trop sa fan » et qu’il lui sourit pendant le concert (sachant qu’il est myope). En principe, elle craque sur le chanteur (le canon du groupe) ou le bassiste (y’a un truc à filles chez les bassistes en général !), rarement sur le batteur. Quant au guitariste, il est généralement vénéré par les fans masculins qui rêvent de « gratter » comme lui. Elle porte le t-shirt historique du groupe (le concert d’il y a dix ans, auquel elle n’a pas participé !) et fusille les autres en disant bien fort « Quoi, t’y étais pas !! ». Elle est sympathique quand elle a entre quinze ans et trente ans, largement moins drôle entre trente et quarante-cinq, complètement pathétique (au front row) après cet âge. Elle s’en fout, elle a cinquante ans, remue comme une gamine de treize ans et crie un « je t’aaaaaaime » sonore au chanteur dès l’entame du concert.

Le gros naze qui vous met la main aux fesses : Bon, lui, c’est clair, il vous a regardée dès le début sur le trottoir. Il a fait des tentatives d’approches un peu lourdes et vous a suivie à l’intérieur, se postant derrière vous où que vous soyez. Il s’arrange pour bouger dans le même sens, et « mince alors, on m’a poussé ! » atterrit une fois sur deux sur vous, en posant « désolé » ma main sur vos hanches. Les deux premières fois, emportée par le concert et le dodelinement de la foule, vous n’avez pas moufté, mais là, à la troisième main sur la hanche, vous l’avez fusillé du regard. « hein ? » vous souffle-t-il ! Quatrième embardée sur vous, ses mains arrivent sur vos fesses. Vous essayez bien de vous faufiler plus avant, il vous suit et comble de malchance, la fosse étant ce qu’elle est, il est désormais collé à vous par le mouvement des rangs derrière. Merdus ! Une seule solution de repli : Quémander l’aide du joli brun d’à côté (même s’il a quinze ans !) !

Votre mec qui râle : C’est clair, ce n’est absolument pas vos goûts en matière de musique que Choupinet adore. Il déteste cette « crevette blondasse à voix de merde » qui vous tient de « Dieu vivant de la musique », mais il vous aime (enfin, pour le moment). Après deux mois de supplications et autres faveurs amoureuses, il a daigné sortir de chez vous et vous a accompagnée au concert « de la décennie ». Il est conscient qu’il risque sa santé mentale, mais il vous aime. Bon, au bout de dix minutes, il est seul au monde, dans son monde et se demande ce qu’il peut bien trouver à la débile à ses côtés qui hurle « I love you tooooooooo » à un type qui a le gabarit d’un gamin de dix ans et qui braille des propos inaudibles. Vous venez de vous griller à ses yeux, et aussi à ceux de vos voisins immédiats. Il râle, s’éloigne de vous petit à petit, et vous raccompagne à la maison sans rien dire. Dès le lendemain matin, Choupinet n’est plus vraiment choupinet, mais il vous aime (encore un peu) et essaie d’effacer de sa mémoire la tarée de la veille en mode « Oh merdus, il est trop beau ». Il vous pose donc la question qui tue : « Mais t’as de la merde dans les oreilles ou quoi ? ». Depuis, Choupinet a été clair « Plus jamais ça ! » et vous a achetée un casque pour écouter « votre merde ». Un conseil, calmez le jeu…

Votre copine qui est jalouse : Compte tenu de vos années d’engagements au sein du fan-club, vous avez eu droit à un ticket avec all-inclusive (backstage, VIP club, etc.), elle non. Elle vous a accompagnée car elle aime « bien » leurs chansons (il faut dire qu’à force d’écoute intensive depuis le lycée, elle s’est habituée !) et se retrouve quand même en backstage au vu de son élégante mini-jupe qui a beaucoup plue au vigile ! Mais, là, malgré ses œillades, elle fait tapisserie car il y a pléthores de jolies filles en backstage et des moins revêches qu’elle. Déjà la main baladeuse du président du fan-club ne l’a pas emballée, mais le fait que le guitariste vous embrasse vous et la dédaigne royalement n’a rien fait pour la réconforter. Du coup, elle s’exile au fond à gauche et vous lance des regards noirs. Sur le chemin du retour, elle vous fait sa première crise de jalousie depuis le fameux petit blond de 4e avec qui vous étiez sorti à la boum d’Aglaë et vous évite deux jours. Réflexion faite, les concerts, c’est avec les fans que vous y irez désormais !

Le blaireau qui ramasse les tickets : Lui, au moins c’est clair dès le début, il n’est pas là pour le concert. Il n’y entend rien (et porte des protections auditives) et regarde le sol. « Mais que cherche-t-il ? » vous glisse Choupinet dans un élan de connivence « fanesque ». « Heu, les tickets, pourquoi ? ». Oui, c’est le type eBayique ! Il ramasse les tickets, les setlists et autres joyeusetés que vous voyez atterrir sur eBay deux heures après le concert et que s’arrachent les fans à grands coups de dépression nerveuse ! Il a imploré le mec de la sono de lui refiler la setlist « en tant que fan absolu » alors qu’il ne sait absolument pas qui est qui dans le groupe. Il a fait copain-copain avec le mec de la sécurité backstage et a même récupéré les bracelets d’accès. Son regard enamouré s’est même posé sur vous deux secondes quand Choupinet a pensé jeter son billet dans la poubelle en sortant. Le temps que vous mettez votre main dans ladite poubelle en lui disant « Mais t’es fou ou quoi ? ».

Le bassiste qui est à deux doigts de vous vomir dessus : Le front row, tout le monde vous le dira, il faut le faire au moins une fois. Vous avez une vue imprenable sur la scène, le groupe, votre chanteur préféré, le guitariste, le bassiste, le batteur, les choristes et même les photographes professionnels accrédités pour l’occasion. Puis, vous êtes au cœur de l’action, emporté par la foule, les fans, l’ambiance, l’hystérie, les yeux dans les yeux avec votre idole. Bref, le bonheur. Sauf qu’en backstage, l’alcool est à volonté et que le bassiste a une nette tendance à abuser de la vodka et à force de se dandiner lourdement (afin que les groupies admirent ses –jolies- fesses), son mal au cœur est devenu incontrôlable et il se penche vers la fosse… juste après la fosse, il y a le front row et par là même, vous ! Heureusement, votre petite taille et le grand crétin à côté vous ont sauvé la mise et le « saint » vomi est arrivé directement sur la grande blonde à droite. A son sourire mi-ravie, mi-dégoutée, elle a dû sacrément se faire violence, le soir, pour se laver, histoire de conserver un souvenir. Beurk !

Le chanteur qui vous embrasse en backstage : D’accord, il est mignon tout plein, d’accord vous n’êtes pas mal non plus. Je vous l’accorde, dès qu’il ouvre la bouche, vous fondez, mais est-ce une raison pour qu’il vous embrasse à pleine bouche en backstage, sans présentation formelle autre que « Hello ». Tout cela sous le regard médusé de la groupie officielle (et légendaire) qui ne se gêne pas pour lancer une fatwa sur vous ! Bon, que le chanteur ait été bourré et qu’il vous ait confondu avec la donzelle hystérique, soit, mais merdus, quel joli garçon quand même ! Et quel baiser ! Ah, oui, petite précision : c’est un souvenir que Choupinet n’est pas obligé de savoir… sinon, ne vous étonnez pas qu'il  fasse sa fête "à la crevette" au prochain concert (où, tiens, bizarrement, il ira "fort volontiers"...oooops !).

Pour rappel, le papier de Wenine !

No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog