Wednesday, November 14, 2012

Suite des aventures de la Smala – Le Meeting annuel de rentrée !


GAT et Trois avaient dans l’idée de rassembler tout le monde (enfin les plus proches) pour le repas traditionnel dit « de rentrée ». Celui qui préparerait donc le planning de la fin d’année (Qui recevra à la Toussaint ? Qui s’occupera des chrysanthèmes ? Qui refusera de creuser une citrouille pour Halloween au prétexte que c’est « hérétique » ? Qui occupera les enfants le jour de la St Nicolas ? Qui aura l’honneur d’être l’hôte à Noël ? Qui aidera le Papa Noël ?) et, de faire le point sur quelques « détails familiaux » (Qui n’a pas rendu l’album photo n°45-4-22-1-A ? Qui n’a pas réglé sa cotisation au journal du curé ?) ! Bref, que du lourd.



GAT avait demandé à ce que cette réunion se fasse chez elle car Tante Aglaë et Cousine Sidonie pourraient officier en cuisine. Un a donc accepté l’invitation tout en googlant sur son iPhone « pharmacies de garde ».


Trois était surexcitée par les membres présents, les piliers (ou les sacrifiés, au choix) et émit un premier plan de table, qui fut retoqué immédiatement par Un et Suprême qui se refusaient de faire duo avec, réciproquement, Lords of the Rings et Pétunia.

Après dix tentatives d’arrangement à l’amiable (et autant de reproches et sorts jetés sur dix générations), le plan de table fût approuvé et tous étaient présents, en grande pompe, chez GAT.

Après l’introduction d’usage (« Tout le monde va bien, bien, bon, passons »), Trois lança l’idée directrice du déjeuner « préparer au mieux les fêtes de Noël ».

Un intervint en demandant un peu plus de « discernement dans l’organisation en raison du départ calamiteux de l’année dernière ». Il appela l’histoire de la dinde farcie, non cuite à dix minutes du repas, à cause de « l’oubli » des FlowerPower de recharger la cuisinière à bois, « régulièrement ».

Hormis ce léger détail (4,280 kg), le repas commença sous les meilleurs auspices jusqu’à l’intervention « divine » de Suprême qui lança un tonitruant « Mais t’es blonde, Pétunia ? ».

Il s’en suivit un débat sur la blondeur, les femmes, Marilyn Monroe, les fantasmes de l’Oncle Edmond (il craque sur Juliette Gréco !) et les détails de la nuit de noces des FlowerPower.

Nous avions attaqué le plat principal (ah, oui, je vous écris le menu en fin d’article !) que personne n’avait abordé le thème principal « Noël ».

GAT commença à se plaindre de douleurs aux genoux, suivit par Un qui pleurait sur une rayure de son iPhone ; Trois évoqua sa tension « à la limite mortelle » (13,7) ; Pétunia « ses amants » ; Oncle Edmond « sa nouvelle cave à vin » ; Suprême « sa nouvelle fiancée » et Quatre « son niveau excellent en gym » (grosse rigolade générale, par ailleurs) et Bibi « sa propension à la veille sanitaire renouvelable ».

Deux et Tante Dinde essayèrent de ramener les moutons dans l’enclos mais GAT, sourde comme pas deux, décréta que Noël se ferait « comme à l’ancien temps », ce qui fit s’évanouir Deux.

A l’ancien temps, chez nous, c’est synonyme de « on sort l’argenterie, les services, les nappes, les serviettes, les chandeliers, les verres à pieds, à pas pied etc. » avec le risque de casser la vaisselle historique et d’entendre des reproches pour les dix années suivantes !

Bref, on est finalement reparti pour le classique « Noël typique de la famille » avec deux entrées, deux plats, dix desserts et autant de merdouilles à manger à l’apéritif. Car, c’est cela aussi la smala, l’hystérie culinaire. Personne n’est jamais d’accord sur le menu.

Ah, oui, bien sûr, tout le monde donne son aval à GAT (tu m’étonnes, on a tous la trouille !), mais une fois sur place (trois jours avant) et surtout au supermarché (notre Super U préféré), l’avant-veille, tout le monde glisse discrètement « son plat principal » dans le caddie et provoque, en cela, le tsunami du lendemain matin (quand GAT s’aperçoit, à l’aide de sa loupe, qu’il y a des milliers d’ingrédients exotiques pour la basique « Dinde farcie aux cèpes et foie gras »).

Cela finit toujours par un aménagement du menu (au grand dam de Tante Dinde) qui fait que chacun mange ce qu’il veut le soir de Noël !

Pour le jour de Noël, c’est « imposé » et ne varie pas d’une année sur l’autre. On reste dans l’attachement familial au Périgord, avec une touche de Hongrie pour les ancêtres (paprika partout), et du fromage pour la touche française, sans oublier le Christmas Pudding pour le côté anglais et l’Irish Coffee pour célébrer nos racines irlandaises.

La décoration fût finalement évoquée lors de ce dîner et il parût évident à tout le monde que nous devions « remplacer Joseph ». Joseph c’est un vieux santon un peu usé (on ne sait plus si c’est vraiment Joseph ! On a un doute !). Les ordres furent formels : on remplace Joseph par le même, pas par une version « moderne, colorée et futuriste ». On a tous pensé au santon rapporté par Pétunia deux ans auparavant qui était censé représenter le Tambourinaire et qui ressemblait plus à Zaza Napoli !

Au dessert, GAT, Trois, Un et Tante Dinde ont formellement interdit de creuser les citrouilles de la maison familiale cette année et réclamer instamment à Quatre et Bibi d’éviter de parsemer (et je cite) le jardin « de décorations  blasphématoires » (trois guirlandes avec des citrouilles lumineuses, deux bougies citrouilles et un Jack O’Lantern fluorescent au bout d’une pique). Quatre a tenté une explication irlandaise logique « C’est Halloween, le veille de la TOUSSAINT » qui s’est soldée par un tonitruant « Citrouille toi-même » de Tante Dinde.

Nous nous sommes séparés sur un gâteau aux noix d’une légèreté de mammouth et avons programmé la prochaine réunion « Le re-re-re-re-re-re mariage de Cousine Hortense », ce qui a fait dire à GAT « mais elle n’est pas encore morte cette vieille bique ? ».

Menu du jour :
Apéritif (Kir Royal, Pineau des Charentes, Whisky, Cognac) avec ses blinis au foie gras
Soupe (oui, chez nous, c’est soupe)
Entrée (Salade de gésiers aux noix et chèvre chaud)
Plat principal (Blanquette de veau à la GAT avec pommes de terre en robe de chambre)
Fromage/salade
Dessert (gâteau aux noix)
Café/thé/pousse-café/re-pousse-café



6 comments:

  1. J'adore votre style naturel, précis et épicé ! J'ai lu toutes les aventures de la smala.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Oh merci beaucoup..... Je vais peut-être continuer les aventures de la smala, qu'en pensez-vous ?

      Delete
    2. J'ai pour habitude de commencer plusieurs livres en parallèle, chacun avec un genre différent, puis d'alterner mes lectures entre chaque au gré des humeurs du moment. Ce soir, je me suis demandé ce que j'aurais plaisir à lire et mon cerveau a répondu un truc du genre "mais si, tu sais, l'histoire avec le sapin de noël et les personnages hauts en couleur". Me sont alors simultanément apparus les flashes suivant: je repensais à la smala, j'avais inconsciemment recollé les morceaux pour en faire une histoire d'un seul tenant et ayant lu tous les morceaux je ne pouvais malheureusement pas satisfaire mon cerveau.
      Bien que d'une façon un oeu détournée, j'imagine que cela illustre bien ce que j'en pense !

      Bonne soirée,

      Delete
    3. Merci... moi, j'ai, également, comme habitude de lire et écrire plusieurs "choses" en parallèle... avec des genres différents... aussi....
      Alors, découvrir que quelqu'un, "inconsciemment" (pauvre de vous !), veut lire la smala et a tout lu.... je rougis de bonheur...
      tiens, pour la peine, je rédige la suite que pour vous !
      belle journée !

      Delete
    4. Bonjour,

      Vous qui vous décrivez si pâle, ces couleurs ne peuvent que ravir les coeurs ! Je suis content d'avoir rendu ce service à l'ensemble de vos visiteurs.

      Une excellente journée à vous également !

      Delete
    5. On va dire que c'est le cognac (ou l'irish coffee) qui me pare(nt) de couleurs :)

      Delete

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog