Thursday, May 31, 2012

Feuilleton "Au boulot, Lisa !" - Episode 7 "Voyage, voyage !"


Après deux semaines d’inaction (il me fallait bien cela pour me remettre de ma première vision du travail et surtout pour profiter de quelques sorties « amicales » avec mon ex-camarade…) où j’en ai profité pour traîner dans les salles obscures (au grand plaisir des ouvreuses qui ont finies par m’adopter et me faire rentrer gratos une fois sur deux …. A 4 séances par jour, vous imaginez le bénéfice pour mon portefeuille… et accessoirement le manque à gagner du patron du cinéma !), « tuveuxbosserbentantpis » me rappelle avec comme préambule un « T’as fait très bonne impression lors de ta première mission » (merci… pas sûre que Josiane pense la même chose !).

Ma chargée des suivis m’explique que plusieurs missions cadrent avec mes « compétences et expériences professionnelles » (limitées dans les deux cas) mais que cela va m’amener à changer d’entreprise tous les jours. 

Allez, soyons fous !

Elle m’indique les entreprises le vendredi après-midi et me demande de passer (après le ciné, merci !) pour récupérer les fiches détaillées des missions évoquées.

J’observe le fiche et je me rends rapidement compte que je vais voyager dans toute la ville. 5 missions, 5 arrondissements. Je vais à la station de métro la plus proche et je regarde la carte du réseau. Oui, il fallait bien, certains noms de quartier m’étaient inconnus (tout du moins dans leurs localisations et la façon d’y accéder !).

Lundi : mission d’intérim pour une société d’import-export. Mission propre : standardiste bilingue chargée du dispatching des communications entre la zone pacifique et l’Europe du nord. J’ai passé 8 heures à dire « Hello. May I help you ? Roger ! Hold on, I put you through.”. J’ai bien failli m’endormir deux ou trois fois. Le seul moment de détente fut mon retour par le bus. Je me suis trompée de sens et je ne l’ai réalisé que lorsque j’ai vu l’autoroute qui menait à l’aéroport. Moralité : 2 heures 45 pour rentrer chez moi…

Mardi : mission d’intérim dans un cabinet médical. Mission propre : prise de rendez-vous téléphonique et accueil des « malades » du jour. Et là, le florilège des « cas » fut impressionnant, j’ai eu droit à tout ce que l’on peut imaginer : le malade qui vous tousse dessus, celui qui se mouche dans la main et vous la tend, celle qui arrive emmitouflée dans un manteau en fourrure et rechigne à payer la consultation plein tarif « j’ai une mutuelle, moi, Mademoiselle », celle qui vous raconte sa vie avec des détails que seul le médecin doit être habilité à entendre (on s’amusait avec le sex-toy et il est resté, comment dirais-je, coincé ? Le docteur peut-il se déplacer maintenant ? ), la petite vieille qui vient se faire renouveler l’ordonnance et qui veut vous caser avec son petit-fils (« Il est si mignon et gentil »), sans compter sur les agités du bocal qui viennent vous faire un « bouhhh »  pendant votre pause-déjeuner !

Mercredi : mission d’intérim dans une entreprise familiale de peinture. Mission propre : remplacer la secrétaire (et accessoirement comptable, nounou, cuisinière) pour soulager la femme du patron qui gère les plannings. Je suis arrivée en pleine dispute entre les époux. Elle m’a accueillie gentiment puis a commencé à me montrer le travail quand son mari est arrivé en hurlant qu’elle avait noté la mauvaise adresse. Les reproches professionnels se sont faits de plus en plus personnels (Tu m’as trompé ? hein, tu m’as trompé, salope !). Je suis restée d’une neutralité incroyablement passive mais comme ils étaient trop occupés à s’engueuler, je n’ai rien eu à faire de la journée. Madame s’est excusée platement dix fois lors de mon départ et j’ai eu droit à un pot de peinture gratuit.

Jeudi : mission d’intérim dans un cabinet d’avocat. Mission propre : standardiste (orientation vers les secrétaires en fonction de la demande). 8 heures d’écoute avec toutes les histoires du monde (du divorce à un détournement d’argent, d’un licenciement abusif à un cas de maltraitance sur enfant). J’ai mis 2 heures le soir à me remettre de la misère du monde et du cynisme de certains avocats. Au demeurant, j’en ai profité pour faire ami-ami avec un avocat à la retraite qui retapait « par amitié » et qui m’a pistonnée pour un CDI quelques mois plus tard.

Vendredi : le pompom !!! Mission d’intérim chez une agence de « tuveuxbosserbentantpis » ! Mission : accueillir les débiles comme moi…. Le boulot le plus hallucinant de la semaine. J’ai pompé mon attitude sur la fille de l’accueil de ma propre agence en dédaignant les nouveaux arrivants (des concurrents potentiels pour de futures missions, dois-je le signaler ?!!). A 16h, tout le monde dehors et j’ai mérité ma semaine de congés (ciné, me revoilà !).

No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog