Friday, May 11, 2012

Feuilleton "Au boulot, Lisa !" - Episode 4 "le coursier et moi"

Alors, me revoici dans le bureau à guetter le moindre appel. Entretemps, le DRH est venu me voir et m’a demandé si je « comptais m’installer définitivement pour la semaine » (Josiane et son réseau de renseignements ?). J’ai répondu aimablement que Big Boss souhaitait me « garder un jour de plus ». Le DRH a semblé ravi et m’a demandé de passer « plus tard » dans son bureau « pour signer le contrat ». C’est Josiane qui va être heureuse de me voir débouler dans le bureau de « son chef » pour la deuxième fois de la journée.
Je sens bien que Josiane et moi, nous allons être les meilleures amies du monde…
En attendant, Big Boss est parti en réunion pour l’après-midi et le téléphone s’obstine à ne pas sonner. Je commence à m’ennuyer sérieusement et entreprend de vérifier mes emails (oui, oui, Internet existait déjà !). Dix minutes plus tard, je vois débouler dans mon bureau (mon bureau, c’est vite dit !) un mec en jeans et blousons de cuir, avec casque intégral sur la tête qui s’assoit directement sur le bord du bureau.
- Il est là le grand chef ? Lance-t-il aussi fort que possible (peut-être que Josiane n’a pas entendu, mec ?!)
- Je vous demande pardon ?
- Ouais, le Big boss est là ? Il faut que je lui dise un mot !
Mon premier réflex aurait été, en temps normal (c’est-à-dire hors mission d’intérim et hors contexte professionnel) de dire : « Toi, tu dégages tes fesses de mon bureau, tu me déclines ton nom et ton poste, et tu arrêtes de parler du Big Boss comme d’un camarade de chambrée, connard ! ». Mais, comme je devais revenir le jour suivant, j’ai évité de me mettre à dos tout le bâtiment et j’ai, aussi affablement que possible, demandé à la bestiole :
- Puis-je savoir qui vous êtes ?
- Et toi, t’es qui ? Parce que tu es rudement jolie, putain !
- Je suis juste l’intérimaire ! (connard !... off)
- Ah, salut ! Je suis Benoît, le coursier.
- Ah, salut ! (connard !....off)
- Alors, il est là, le boss ?
- Non, il est en réunion. Puis-je prendre un message ? (Oui, dis-moi oui, que je mérite enfin mon salaire… Connard !... off)
- Non, je vais rester là. Parce que j’ai enfin trouvé la femme de ma vie !
- (connard !... off)
Il me regarde, se penche vers moi et me dit doucement 
- Toi, moi, on va au resto ce soir, ça te va ?
- Non (connard !...off)
- Ah, t’es du style coincée ?
- Non, je suis du style « pas intéressée » (connard !...off)
- Pourtant, je suis très joli garçon ! Me répond-t-il en levant son casque de moto (Réflexion faite, AH, OUI, putain, il est vraiment joli garçon, ce damoiseau !).
- Tant mieux.
- Tu ne veux pas prendre un café, au moins. Je te ramène un café de la machine, ça te va ?
- (mais tu vas me lâcher, oui !... off). Non, merci.
- Tant pis. Je pose ça là, et je reviens. Il faut que je parle à Josiane.
- (oh putain !... off) D’accord.
Et le voilà qui se tire et me laisse son casque, son blouson et ses lunettes sur le bureau. Au même moment, Big Boss appelle et me demande « Tout va bien ? ».
- Oui, Monsieur. Un jeune homme veut vous parler. Il ressemble à un coursier. Benoit ?
- Ah, oui, c’est le coursier. Et accessoirement mon cadet. Un petit con, si vous voulez mon avis ! Je reviens dans 2 heures ; Faites le patienter ! Il va vous adorer !
Big Boss m’aurait-il recrutée pour mon physique et la propension qu’a son cadet à draguer les intérimaires de papa ?
Tout charmant (sublime ?) est-il, le coursier est dont le fils de son papa, c’est-à-dire Big Boss. Le « connard » est donc à réserver qu’en off.
Le voici qui revient et me dit tout de go :
- Je ne sais pas ce que tu as fait à Josiane mais elle te déteste ! Pourtant t’es gentille et mignonne. Cela doit être ça, son DRH a dû lui dire « Jolie l’intérimaire ! ».
- Merci pour le compliment, mais votre père vous demande de patienter deux heures.
- Avec toi ?
- Avec moi… Si vous voulez. Sinon, je peux m’arranger pour vous ouvrir une des salles de réunions (connard ?... off)
- Si t’acceptes le café, je reste avec toi.
- Non, merci ça ira (connard ?... off)
- Allez, sois pas vache, pas comme les autres connasses de l’immeuble. Je suis sûre que tu aimes les mauvais garçons ! Si, oui, t’as décroché la timbale avec moi !
- Ah ouais (Hummmm, cela devient intéressant !!... heu, connard ?... off).
Alors qu’il m’expliquait (c’est une maladie familiale ?) qu’il était l’ex-de la sœur de Josiane qui bossait à la comptabilité avant de sortir avec la fille de l’accueil qui lui avait préféré le vigile de l’accès nord (inconnu au bataillon, celui-là !), le DRH arrive dans mon bureau et lance un « Benoît ! Encore entrain d’emmerder les assistantes de ton père ? »
- Non, je viens de trouver la femme de ma vie !
- Et bien, c’est ta mère qui va être ravie de voir une intérimaire sur le perron de sa maison.
- Je n’ai jamais ramené d’intérimaire à la maison, mais je pense commencer !
- Heu, pardon, mais, ai-je mon mot à dire ?
- Oui, mon ange, tu peux dire ce que tu veux !
- Remballe ton baratin, petit ! La demoiselle n’est pas du genre à se laisser compter fleurette par le premier venu !
- Ni le dernier !
- Bien envoyé, jolie cœur !

La scène a duré environ trente minutes avant que le DRH perde patience et reparte dans son bureau avec mon contrat (non signé) sous le bras. Après lui avoir expliqué que 1) non je n’étais pas la femme de sa vie, 2) que non, je n’étais pas impressionnée par les fils à papa (j’en avais vu d’autres !) 3) que j’avais un « joli copain » à mon bras (vivant à 900 km mais, ça, je ne l’ai pas précisé !), j’ai accepté un café et une discussion tranquille.
Quand Big Boss est revenu, son rejeton et moi en étions à décider dans quel restaurant nous allions aller dîner. Joli connard, au demeurant !



No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog

Reprise du blog sous le contrôle de B !

Reprise du blog sous le contrôle de B !