Thursday, May 17, 2018

[Musique] La Playlist du jeudi.... Les chansons piliers de mes romans !


Dernièrement, un lecteur m'a envoyé un petit mail pour me donner son avis - positif - sur mon dernier roman paru (Karl & Nina) et pour me demander si, comme pour les précédents, celui-ci bénéficiait d'une bande-son accessible (oui) et si je pouvais lui divulguer la chanson qui illustrait le mieux ma conception du roman (pourquoi pas !).

Pour information, toutes les B.O de mes romans, ceux parus, sont accessibles sur Spotify...

Par exemple, j'ai même une version PDF de mes romans avec les chansons insérées en lien au moment M de leurs écoutes.

Mais, pour cette playlist, j'ai même innové ! Je vous ai mis quatre titres qui sont issus des quatre romans non publiés à ce jour...

Deux appartiennent aux Tome 2 et Tome 3 du triptyque suivant "K&N", et deux sortent des deux romans qui ont suivi (incluant un dont l'écriture va commencer d'ici quelques semaines... pour l'instant, je finis l'assemblage dans ma tête !).

Allez, voici les chansons piliers des romans... et quelques explications !


U2 "Stay (Faraway, So Close!)" - B.O de "Liverpool Connexion" - 2013 :

Je sais que pour certains lecteurs se sont deux autres chansons qui illustrent "Liverpool Connexion", notamment l'excellente "Un Jour En France" de Noir Désir, mais cette chanson de U2 en est principalement le pilier à cause (grâce à) son texte !

Ce sont les paroles qu'il faut écouter, attentivement, pour savoir d'où part le Colonel et où il entend aller.... Si vous faites attention à la chanson, en lisant le roman, tout deviendra clair...


 
Marilyn Manson "Tainted Love" - B.O. de "Noble Semaine(s) en Famille(s)" - 2015 :

Oh, là, j'en entends hurler à la mort à cause de mon choix pour illustrer le roman "Noble Semaine(s) en Famille(s)"....
Oui, je sais !
 Car beaucoup de lecteurs ont une préférence pour la chanson de Neil Hannon ou encore pour le titre qui ouvre le roman (I Bet You Look Good On The Dancefloor), ou, enfin pour celle d'Ella et Louis... 
Mais, si je vous dis qu'en sus des paroles de la chanson de Soft Cell, Marilyn Manson y met le tempo, la noirceur, la lumière et l'espoir que veut un auteur qui écrit, pour la première fois, un tel roman, vous me pardonnerez ??
Sûre que certaines d'entre vous m'en veulent encore plus maintenant !


 

Étienne Daho "Au Commencement" - B.O. de "Karl et Nina" - 2017 :

Idem pour "Karl et Nina"... Il y a de nombreuses chansons d'époque qui m'ont inspiré lors de l'écriture et de la conception de cette (belle) histoire mais quand j'ai entendu ce titre de Daho, j'ai su que je tenais le fil conducteur de ma rédaction (enfin !).

A l'instar de celle de U2, les paroles sont primordiales pour comprendre les deux personnages, Karl et Nina... et leurs entêtements !


*** Les inédits ***

Memory Lake "Vibration" - Tome 2 du triptyque :

Je cherchais un titre qui collait aux premières scènes, au pays qui en était l'hôte et surtout aux deux cultures, deux personnages qui se retrouvent dans un tourbillon qu'ils n'ont ni voulu, ni désiré et qu'ils refusent de voir arriver à plein vitesse.

Il me fallait une B.O. qui vibre, qui emporte, qui plane, qui hante, qui soit suffisamment puissante pour éviter au (futur) lecteur de sombrer avec le personnage principal qui se lance, finalement, dans une quête qui la dépasse, qui peut l'anéantir, la briser mais qui, paradoxalement, la maintient à flots...




Comedian Harmonists "Mein Kleiner Grüner Kaktus" - Tome 3 du triptyque :

Il a été évident que je ne pouvais pas écouter de chansons autres que celles de l'époque pour écrire le chapitre 3. Il y a donc les Comedian Harmonists, mais aussi quelques chansons françaises qui vous surprendraient (dront ?) !

Il y a quelques (très) longues années, je suis tombée, par hasard, sur un vieux vinyle dans le grenier d'un de mes oncles qui avait vraisemblablement acheté ce disque à l'époque, ou peu de temps après, compte-tenu de l'état de la pochette. J'ai posé la galette sur le vieux tourne-disque est "Veronika, Der Lenz Ist Da" est paru... J'ai alors écouté tout le disque. 
J'avais d'ores et déjà le triptyque dans la tête, mais, là, après "Mein Kleiner Grûner Kaktus", je tenais le ton de l'ouverture du roman, l'état d'esprit du personnage principal... du jeune homme qui raconte...





Kasabian "Shoot The Runner" - Un roman d'anticipation un brin uchronique ou intemporel... qui sait !

Je vous dirai juste que la B.O. est suffisamment éclectique pour couvrir les évènements passés, présentés, futurs, les états d'âme des personnages, les frictions, les alliances, la pression, la peur et l'infini petit (ou grand)...

Ce titre a le bon tempo que je souhaitais pour appréhender cette histoire...

C'est l'un des romans les plus faciles à emboîter, à faire défiler ; mais également le plus difficile à finir. Contrairement aux autres, je n'ai pas de mal à en finir avec les personnages (non, je ne tue pas mes personnages, pas tous... !), j'ai une sorte de malaise sur la sortie d'un de mes "camarades". Il (elle ? ha ha ha !) me pose un souci majeur de conscience... 
Je pense avoir décidé de son sort mais le(a?) bougre(sse ?) résiste (non, mais franchement, va falloir que je fasse quelque chose pour les discipliner ces rebelles !).



Henry Purcell "Sound The Trumpet" - Le meurtre parfait à l'imparfait... 

J'ai décidé de me poser (enfin, quand je dis, j'ai... tu parles, ce sont encore ces idiots du village de personnages !) dans une période d'Histoire que je ne maîtrise pas tant que cela, mais qui me fascine depuis toujours.

Autant vous le dire tout de suite, l'histoire (en entier) est arrivée dans ma tête lors d'un concert de l'Itinéraire Baroque donné dans mon église... J'écoutais du Purcell dans ma belle église forteresse et les noms, l'histoire, les lieux, le déroulé se sont montés comme par magie.

Je porte donc cette histoire depuis le 30 juillet 2016... Oui, presque deux ans, mais j'avais les trois précédents à écrire !



***

Cela vous dit, alors, de découvrir les précédents et non publiés ?

Croisez donc les doigts pour que je trouve des éditeurs !