Friday, May 04, 2018

[Humour] Les nouvelles Aventures de la Smala - Quand TheTop ment pour couvrir l’escapade de Bibi avec Cinq-et-Demi (2ème partie et fin)



***


Alors que TheTop était au bord de la crise de nerfs en plein milieu du jacuzzi du Spa, et n’avait pas remarqué le regard appuyé du maître-nageur sur sa chute de rein, Bibi montrait la sienne à Cinq-et-Demi depuis la veille au soir.

A peine arrivés à l’hôtel, « chambres séparées, merci », Cinq-et-Demi avait envahi l’espace de Bibi à grands coups de déclarations stupides (« Y’a pas un pigeon, là ? », « Tu me prêtes ton châle pour couvrir la lampe ? », « Y’a pas un savon de plus chez toi ? ») et s’était collé à elle comme de la pomme d’amour aux doigts. 

A ce petit jeu, Cinq-et-Demi arriva à ce qu’il voulait, embrasser Bibi… qui se laissa faire, et plus si affinités. 

Depuis la veille, donc, 17h17, la chambre de Bibi ne répondait plus et le service d’étage avait déposé deux dîner-plateaux, intouchés à 9h15 le lendemain matin ce qui avait alerté le concierge… Ce dernier avait alors téléphoné à plusieurs reprises avant qu’au dixième appel, la voix d’une femme lui répond « tout va bien… ne vous inquiétez pas, par contre, on rend la chambre 241 et prolonge celle-ci encore de 24 heures, merci ». 

Le retour de flammes entre Bibi et Cinq-et-Demi avait déclenché une urticaire géante chez TheTop et une crise de panique carabinée chez Lord of the Rings. 

Pourtant, Cinq-et-Demi avait été briefé par Bibi sur la « non suite » de ce week-end « de rattrape ». Il était « hors de question qu’elle quitte l’herbivore » mais ne voyait pas le mal sur « un coup de canif dans le contrat de mariage dûment certifié par notaire avec le Rosbif préféré de mon papounet d’amour qui tourne gâteux avant même la naissance de sa descendance ». 

De son côté Cinq-et-Demi ayant la volonté de remettre le couvert avec son dixième « sans contrat de mariage, la garce va me piquer la moitié de mes biens ! » à l’issue du week-end lyonnais, entendait bien les arguments de Bibi…. Y compris ceux évident compris entre la base de son cou et le haut des cuisses ! En outre, depuis que Bibi lui avait susurré qu’elle était enceinte, Cinq-et-Demi avait pris un malin plaisir à lui expliquer que « l’herbivore était un fétu de paille » et que « le petit-fils de Suprême serait son filleul préféré ». 

Voilà, comment Cinq-et-Demi se retrouva à être intronisé « parrain officiel du premier né de Bibi » ce qui provoquera une méga crise conjugal avec Jamie-hince-version-blonde, conscient que le « britboy est toujours en embuscade pour récupérer Madame Jamie-hince-version-blonde ». 

Après quelques autres galipettes, dont on vous passe les détails, mais bon, enfin, vous avez compris que l’amour n’était pas très courtois-courtois, Bibi et Cinq-et-Demi décidèrent de sortir « manger un bout avant de remettre le couvert » (expression débile qui faisait hurler de rire le britboy). 

Pendant ce temps, Lord, qui avait fait trois malaises vagaux en moins de trois heures, expliquait à un Suprême indécis (« c’est bien la première fois » souffla Flower à Power) la situation maritale de Bibi : 

« It is SHIT » 

« Hein ? » Demanda Trois dont les langues étudiées avaient été : Allemand, Espagnol, Danois (rapport à un joli danois croisé dans une manifestation en 68 !). 

« C’est la merde, mon Pommier » Gueula Suprême à rendre sourd un régiment.

« Pourquoi Bibi met le couvert ? » Persista Trois tout en regardant Cousine Aglaé finir le glaçage du carrot cake. 

« Mais quel couvert ? Personne ne mange, mon Pommier ! Bibi se tape le Rosbif ! » Expliqua Suprême en mettant les doigts dans le glaçage de la Cousine.

« Elle tape Cinq-et-Demi ? Le pauvret ! » Répliqua Trois qui venait d’engloutir deux parts de tarte aux mûres. 

« Suis, mon Trognon, suis… Bibi couche, fait des galipettes, des giligilis avec notre ex-Rosbif préféré ! Elle préfère la Perfide Albion à l’Herbivore du Berry ! » Précisa Suprême en léchant les rebords du pot de confiture. 

« C’est sûr que c’est plus nourrissant le rosbif que l’herbe, non ? » Lança Trois en plein crise de sucre alors que Cousine Sidonie venait de glousser en bonne pintade. 

« Oui, oui, mon Trognon, bien sûr, mais si l’herbivore l’apprend, notre trésor va se retrouver fille-mère et ça, ça ne va pas du tout, du tout, du tout ! Lord, au pied ! » Gueula, soudain, Suprême. « Tu vas me faire le plaisir de joindre notre Bibi d’amour et de lui signaler que Rosbif ou pas, elle doit obéir à son papounet d’amour à elle, et revenir fissa à la casbah ! ».

« Mais Suprême, elle est injoignable ! » Plaida Lord à la limite de l’hypoglycémie.

« Ben, appelle Cinq-et-Demi, il est toujours collé à son Smartphone, comme toi à ton iPad de malheur ! » Rappela Quatre qui venait d’arriver et avait compris l’ampleur de la catastrophe (« Si Bibi divorce, qui va me prêter le Journal de Mickey les week-ends si y’a plus Jamie-Hince-version-blonde ! » dit-il à Un, qui approuva, en grand fan de Mickey !).

Au bout de trois minutes, et quinze messages vocaux, Cinq-et-Demi en train de bouffer de la rosette, et accessoirement mettre sa main sous la jupe de Bibi, répondit à un Lord qui avalait Pépito® sur Pépito®.

« Ah, yes, of course, my Dear Lord… She’ll be back asap… we just have to do a few Yoplaboum before her leaving… cheers, man ! » Répondit Cinq-et-Demi en sachant que toute le Smala était à l’écoute et que cela allait être la panique pour la traduction.

« Hein ? » Dit Trois.

« Pommier, en gros, non seulement, le Rosbif se tape ma fille, mais en plus, il veut faire du trampoline avant qu’elle parte ! Il est maboule ! » Hurla Suprême en convoquant un conseil Smalesque sur « Comment éloigner l’Angleterre du reste de l’Europe ? ».

« Le Brexit ? » Tenta Lord.

« Le Brésil ? Mais, non alors ! C’est pas en Europe, le Brésil ! » Répondit Deux qui venait de comprendre que si Jamie-Hince-version-blonde était lâché par Bibi, elle pourrait « peut-être » le troquer contre Jolicoeur. 

« Mais où est Bibi, en fait ? Quel Brexit ? » Demanda Jamie-hince-version-blonde en pénétrant dans la cuisine, la girafe Sophie® à la main. 

« Le Brésil, cher beau-fils, le Brésil, pas le Brexit… moi, j’aime beaucoup le Brésil ! Même si, sur cette Coupe du Monde, nous pensons plus à l’Allemagne encore ! » Dit Suprême à Lord qui s’évanouit sous la pression.

***

Épisode suivant : Le mariage de Deux et Jolicoeur : de la guimauve à en avoir mal au cœur (attention romantisme) !