Tuesday, June 13, 2017

[Humour] Le Retour des Aventures de la Smala - La smala et les élections






Après la présentation des forces et faiblesses en présence, les voilà en pleine élection interne !

***

Quand Cousine Sidonie ouvra le journal le lendemain des élections présidentielles, outre le fait que son horoscope prévoyait « une rencontre amoureuse avec un homme vigoureux », elle constata que le titre allait être propice à une discussion houleuse : « Comme un roi sans couronne ».

Depuis le mariage de Bibi et Jamie-hince-version-blonde, qui « roucoulaient comme deux colombes dans un ciel azur aux petits nuages rosés » -dixit Quatre en verve -, la Smala avait dû se résoudre à assister au « Mariage du Millénaire » (dûment mentionné sur le carton d’invitation) entre Trois et Suprême.

En effet, après une soirée alcoolisée à la poire du Cousin Edmond, qui susurrait des mots d’amour à Tante Dinde, Suprême avait renvoyé la Blondasse au couvent et avait demandé, un genou à (dans la) terre dont il avait eu du mal à s’extraire après la réponse, la main de « son trognon d’amour chéri à moi, mon pommier sublime, ma rebelle sans cause ».

Cousine Aglaé en avait avalé son missel et avait couru informer la Smala qui se reposait tranquillement sous les chênes familiaux. Lord of the Rings avait tweeté / instagrammé / snapchatté / facebooké l’information « majeure » sous l’œil humide de Cousin Edmond. Cette annonce avait fait l’effet d’une bombe et Bibi, informée par les couinements de Deux via Skype, avait avalé cul-sec deux shots de vodka au bar, sous les yeux hallucinés d’un Jamie-hince-version-blonde qui venait de comprendre « l’ampleur de la catastrophe à venir ».

Bref, Cousine Sidonie avait assisté, comme tous, au mariage Suprêmique où les pétales de rose, les choux à la crème et autres nappes étoilés avaient donné la nausée à l’ensemble des convives. Sans parler des tenues des mariés, tout de blanc vêtus avec un t-shirt portant la phrase « je t’aime à en mourir mon pommier » (Suprême) / « Mon choubidou d’amour que je t’aimeuuuuuu ! » (Trois).

Depuis, c’était le calme plat dans la Smala, hormis quelques amourettes platoniques (Quatre/Lord), lamentables (Deux), passionnelles à défaut d’être passionnantes (Un, Cousine Aglaé, TheTop), inexistantes (le reste de la Smala). Cousin Edmond avait jeté son dévolu, lors du repas de mariage des « deux dingos », nouveau surnom du re-couple Trois/Suprême, sur Tante Dinde qui était récemment célibataire.

Pétunia avait bien tenté de ramener tout ce petit monde dans le droit chemin mais la Smala avait fait ce qu’elle savait le mieux faire : n’importe quoi !

A l’approche des élections, et après une homélie prononcée par Suprême qui comparaît les programmes des candidats au premier tour, la Smala avait décidé de ne plus « jamais, merdus », parler de politique avec Suprême qui avait tapé sur Un pour ne pas « étayer son pommier d’amour » qui avait déclamé un vif « Je suis une Rouge, insoumise mais avec soutien-gorge ! ».

Malheureusement, le deuxième tour avait vu l’émergence d’un « front populaire » qui avait divisé la Smala entre trois camps pas retranchés : « les popu » qui prônaient le « retour à la caisse de la Communauté », « Les Cocos ! » dixit Suprême ; « les chics révolutionnaires » qui désiraient « couper des têtes et installer un nouveau roi », et enfin « les m’enfoutistes » qui avaient « oublié qu’ils avaient omis de voter depuis dix ans minimum ». S’en était suivie une bagarre d’idées (et de claques) la veille du deuxième tour pour finir en beuverie générale à l’annonce le 7 mai à 20 heures pour « enterrer la hache de guerre ».

La Smala, elle-même, était en période pré-électorale puisque Pétunia avait démissionné « punaise des bois, vous me gonflez tous ! » deux semaines avant le mariage Suprêmique et le poste de Chef en chef en chef en chef de la famille était vacant.

Bien sûr, Un, Cousin Edmond, Suprême et Deux (pour une raison obscure) avaient annoncé leurs candidatures. Tous étaient censés voter le 8 mai à 12h après « la cérémonie du monument aux morts et le cognac d’apéritif offert par la mairie ».

Après un exemplaire front uni devant le monument aux morts (et une légendaire « Marseillaise » entamée « du feu de Dieu », dixit Un), la légion Smalesque était repartie dans ses foyers, non sans avoir un peu picolé sur le chemin du retour – en passant par le bar du village !

Pétunia avait eu le nez fin en préparant l’urne (« oui, j’ai recyclé la caisse de sciure de bois de feu le grand Oncle Bertrand, et puis merdus ! »), les bulletins (« non Suprême, il n’y a pas plus de Un que de Deux ! ») et les enveloppes, piquées dans le stock « au cas où y’avait eu la guerre » de feue GAT.

Tous avaient voté une fois pour élire les deux finalistes. Il en était ressorti deux candidats étonnants : Cousin Edmond et Deux. Suprême avait été « minablement, mon pommier, c’est un sabotage ! » laminé arrivant derrière Deux qui souriait aux anges. Un n’avait eu que sa propre voix qu’il assurait avoir « donné de son plein gré » à Suprême.

« Mais qui a voté pour Un ? » Lança Flower qui se prit un coup de coude de Bibi.

« Deux ! Elle est nouillette, on te dit ! » Répondit Lord of the Rings à son « papounet d’amour toujours ».

Quand Pétunia annonça une « trêve de quarante minutes pour manger et choisir le Chef en chef », les conciliabules allaient bon train.

Pétunia expliqua à une Smala, moins Deux qui était allée se changer de tenue vestimentaire, « une robe de princesse pour la reine de la Smala » avait-elle soufflé à Quatre qui sautillait tel le marsupilami autour de la tarte aux fraises « du jardin », qu’il était « hors de question, sinon GAT va se retourner dans sa tombe » de voter pour Deux.

« Vous êtes dingos, soit, complètement à l’ouest la plupart du temps, on est d’accord et bien souvent rebelles à toute autorité, mais, là, non, pas Deux, quoi ! C’est une peste ! » Cria Tante Dinde qui avait voté Suprême sous la menace de Trois.

« No passaran ! » Hurla Trois.

« Heu, passara, Trois, elle est seule ! » Répondit Flower.

« Hasta Sempre ! » Rétorqua Quatre plus vif que jamais.

« Les jeunes au pouvoir ! » Gueula Lord.

« Jeune et con, ouais ! » Soupira Jamie-hince-version-blonde qui vit Bibi lui sauter dans les bras pour l’embrasser goulument.

Après le deuxième tour, Cousin Edmond se retrouva « chef en chef des chefs en chef » de la Smala, à la place de « feue GAT, Dieu ait son âme, ses seins et tous les saints », lança Cousine Sidonie en balançant son missel au feu. Tout le monde fut content, y compris Deux qui avait voté pour Cousin Edmond !



Premier épisode des nouvelles aventures :  Cousin Edmond et les règles de la "Caisse de la Communauté"


No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog