Friday, June 16, 2017

{Cinéma] Chronique cinéma : HHhH - Cédric Jimenez.... la trajectoire d'un monstre humain.



Reinhard Heydrich, militaire déchu, se tourne vers le régime nazi par le biais de sa femme Lina. Il monte vite les échelons, devient le bras droit d’Himmler, chef de la gestapo et prend le commandement de la Bohême-Moravie. Il devient également l’architecte de la solution finale. Face à lui, deux jeunes soldats, le tchèque Jan Kubiš et le slovaque Jozef Gabčík se sont engagés au côté de la Résistance. Ils se sont portés volontaires pour éliminer Heydrich. Au cours de l’infiltration, Jan rencontre Anna Novak, dont il tombe amoureux. Le 27 mai 1942, Jan et Jozef entrent en action...


Basé sur le roman éponyme de Laurent Binet, Goncourt du premier roman en 2010, le film de Cédric Jimenez prend le parti de ne pas évoquer le côté fiction/réalité avec lequel l’auteur avait jonglé. 


Le film suit dans la première partie, l’ascension d’un homme somme toute ordinaire, bien guidé par son épouse, et le dépeint comme un homme marié, bon père, violoniste, sportif, qui devient, entre ambition et immoralité, le fer de lance de la Solution Finale et « le boucher de Prague ». Puis, dans la deuxième partie, on découvre deux jeunes gens, parachutistes, qui se dressent devant l’ambitieux et glaçant numéro trois du régime nazi, bien décidés à mener à terme l’opération « Anthropoïd », nom de code de la « mission visant à assassiner le Général SS Reinhard Heydrich ».


Il est bon de rappeler à ce stade que HHhH signifie « Himmlers Hirn heißt Heydrich », littéralement « Le cerveau d’Himmer s’appelle Heydrich », surnom donné par les SS, admiratifs, à Heydrich. 

Cédric Jimenez, après La French et Aux Yeux de Tous, revient à son thème du sacrifice devant une cause plus importante qu’un seul individu. Il prend également le parti de montrer les arcanes d’Heydrich, son existence quotidienne, quitte à le rendre humain, à défaut d’être humaniser, de montrer l’être froid, calculateur, caché sous l’aspect d’un musicien et athlète invétéré.


Premier film en langue anglaise du réalisateur, Jimenez réunit un beau casting, avec en tête de gondole, l’excellemment glaçant Jason Clarke qui endosse l’uniforme avec toute la raideur et l’inquiétant regard du futur patron du RHSA (Office central de la sécurité du Reich). A ses côtés, Rosamund Pike incarne une femme ambitieuse et forte qui disparaît hors champ petit à petit ; On note aussi la présence de Jack O’Connell (la star montante) et Jack Reynor (vu dans Sing Street) pour incarner les deux parachutistes le tchèque Jan Kubiš et le slovaque Jozef Gabčík, dont le sacrifice et la mission paraissaient à la fois immense et impossible. 


Le film est réellement scindé en deux parties : l’une dépeint donc Heydrich, son désir de pouvoir et de grandeur, son cynisme, et ce mal absolu qui apparaît devant nous, l’autre, l’héroïsme d’une mission capitale, mais suicidaire, pour deux jeunes soldats bien décidés à éliminer « la tête blonde ». 


Je dois avouer que la partie relative à Kubiš et à Gabčík est bien plus passionnante que la première,  Non pas que montrer le monstre derrière l’homme ne soit pas intéressant, mais cela a déjà évoqué dans d’autres œuvres. Jimenez montre que les abymes de l’un renforcent l’héroïsme des autres.


Leur courage, leur bravoure et cette détermination à éliminer le chef des services secrets et vice-Protecteur du Reich en Bohême-Moravie (l’ancienne Tchécoslovaquie) ne peuvent pas être édulcorés. Cette page de l’Histoire, marquante pour les Tchèques, qui amena de sévères représailles nazies (presque cinq cents morts et un village, Lidice, rayé de la carte) est un tournant de la résistance et de l’Histoire quand on sait qui était Heydrich et de quoi il était et fut capable. 


Jimenez impose également des couleurs plus vives à l’écran ce qui peut être perturbant mais ne s’éloigne pas d’un certain sens du réalisme. 


Pourtant, HHhH semble avoir problème au niveau du montage et du récit, et possède quelques longueurs en milieu de film, nonobstant le jeu effrayant et saisissant de Clarke. Il manque pareillement de l’émotion dans l’évocation des deux résistants. 


Néanmoins, ce film, rude mais captivant, comme les dernières parutions sur le sujet (Le Labyrinthe du Silence, Elser,  Fritz Bauer, etc.) permet d’évoquer un pan de l’Histoire moins connu du grand public, d’une manière moins difficile que les longs et fastidieux documentaires, ou les pavés de 800 pages qui trônent sur mon bureau. 


Il est à noter encore qu’un autre film récent, non sorti en salles, mais uniquement en V.O.D. et DVD, existe. Il s’appelle « Anthropoïd », réalisé par Sean Ellis, et est centré sur l’opération elle-même avec au générique Cillian Murphy, Harry Lloyd, Jamie Dornan et Charlotte Le Bon. Tourné à Prague avec des comédiens du cru (dont Detlef Bothe impressionnant de ressemblance avec Heydrich, dont il avait déjà porté les traits dans un film sur Lidice), et une historienne spécialisée sur le plateau, ce film vaut également le visionnage même si les critiques ont fusé à sa non-sortie ! 


Pour en savoir plus relisez HHhH de Laurent Binet ou encore visionner les documentaires sur l’opération elle-même (ou contacter l’auteur du texte !). 





Réalisateur : Cédric Jimenez

Avec : Jason Clarke, Rosamund Pike, Jack O’Connell, Jack Reynor, Mia Wasikowska, Volker Bruch, Céline Sallette, Gilles Lellouche, etc.

Durée: 120 mn

Sortie 7 juin 2017



 




http://www.parisladouce.com/

No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog