Friday, February 19, 2016

[Séries TV] Petit point sur les séries vues aimées ou détestées !


Suite aux dernières séries vues, je continue mon visionnage intensif ! Et dire que j’hésite encore à m’abonner à HBO ! Bon, vous me direz que je ne peux pas perdre non plus des heures pour rester coller à l’écran de télévision (ou d’ordinateur selon mon fournisseur de séries !!!).

En attendant la reprise sur les chaînes américaines de mes séries en cours (The Originals en tête de gondole !) et de la nouvelle saison de Game of Thrones (avec les affiches sorties, ça bruisse sur le sort de Jon Snow !), voici celles auxquelles j’ai été sensible – visionnées, toutes, en V.O sous titrées pour l’islandaise et l’israélienne, évidemment ! - :


Crossing Lines saison 3 :

Je ne suis pas une fan absolue mais je regardais principalement pour Donald Sutherland que j’aime beaucoup depuis bien longtemps (depuis ma vision de M*A*S*H et des Douze Salopards) ; les deux premières saisons étaient agréables à regarder, sans surprise majeure mais sympathiques. 

Par contre, la saison 3 avait un atout majeur en la personne de Goran Visnjic. Les intrigues étaient bien menées et amenées et les tensions entre les flics européens apportent la touche humaine de l’ensemble. Si la saison 4 arrive, je la regarderai en replay lors d’un voyage en train.



Elementary saison 3 :

Nonobstant l’intérêt pour l’acteur et sa façon psychorigide de voir la vie, cela m’amuse toujours autant de le voir évoluer parmi les gens qui sont « pas à son niveau de génie ». 

En bonus, l’apparition de Stuart Townsend en tueur en série, toujours aussi sexy…



Heavy Water – The Saboteurs :

Le postulat de départ m’a attiré. Cette partie de l’Histoire n’est pas la plus connue par « le commun des mortels » ; En fait, c’est la période qui n’est pas assez évoquée. De plus, la saison oscille entre l’Angleterre et le Blitz, la Norvège et sa volonté de rester « neutre mais actif » et l’Allemagne nazi et ceux qui ne pensent qu’à l’intérêt de la science. 

C’est addictif et assez prenant, même si les histoires secondaires sont un peu fades par moment. 

Quelques invraisemblances sans importance majeure. 


False Flag :

L’histoire de base est une belle trouvaille. Cinq citoyens israéliens lambda découvrent un matin leurs têtes dans les médias qui les désignent comme suspects dans l’enlèvement d’un politicien iranien. 

Entre un scénario rodé et ficelé comme il le faut, les vraies-fausses victimes, le soupçon des proches, les rapports ambigus et l’impossibilité de se fier à quiconque, la série est impressionnante. 

Après « Hatufim » (à la base de Homeland) qui était grandiose, voici une nouvelle série israélienne à ne pas louper !



Deutschland 83 :

Au cours de l’année 83 (d’où le titre), pendant la Guerre Froide, les Etats-Unis envisagent d’installer des missiles pointés contre l’URSS basées à l’Allemagne de l’Ouest (RFA, donc, pour ceux qui ont vécu avant la chute du Mur). Un jeune agent de la Stasi (police de la RDA, Allemagne de l’Est) est infiltré dans une base militaire ouest-allemande sous une identité banale au plus proche d’un général ; il est chargé de récupérer des documents secrets. Tiraillé entre l’idéologie et sa morale personnelle, il tente de faire « au mieux ».

Outre l’histoire, les méandres de l’Histoire allemande, la façon d’être, l’idéologie, le grand écart entre l’Est et l’Ouest, flagrant, et la bande son de 1983 qui est omniprésente (dont la fameuse chanson « 99 luftballons »), Deutschland 83 est une nouvelle façon de faire comprendre les enjeux et la nouvelle Guerre Mondiale qui s’est profilée alors. 

L’humour et les drames intimes ne sont pas en reste…



Shameless saison 6  (en cours de visionnage):

Ayant adoré la version initiale anglaise, loufoque à souhaits, la petite sœur américaine n’est pas en reste. On retrouve les Gallagher, toujours aussi barrés, leur énergie survoltée, leurs petits trafics, les magouilles, etc. ; Les enfants grandissent, se déchirent, s’émancipent ; Les aînés font de leur mieux pour vivre, survivre et s’élever ; ça parle crû, ça gueule, ça boit, ça baise et ça fait rire. 

Toujours pas de fausse note pour Shameless. On passe du grand guignol au drame intime, de la grivoiserie à la tendresse pure et dure. C’est beau comme une famille… 



Meurtre au pied du volcan :

Ce n’est pas une série à proprement parlé. C’est un téléfilm en quatre épisodes mais la beauté des paysages et l’intrigue poussent à la voir absolument. La mort d’un banquier véreux lance un flic aussi impatient que tourmenté dans une enquête surprenante qui l’amène aussi sur les traces de son passé.
Polar sombre aux décors sublimes et incroyablement envoûtants islandais, ce téléfilm profite d’acteurs à l’unisson de leurs personnages. Les blessures personnelles du policier en charge est magnifiquement interprété par le très séduisant Björn Hlynur Haraldsson. 



Once Upon a Time saison 4 et 5 : 

oui, oui, cela peut paraître nunuche mais la seule présence du Capitaine Crochet/Killian Jones suscite mon intérêt… Alors, en bonne élève, je continue à regarder… pour lui.

 

 
(oui, je sais assez loin de mes goûts... comme quoi !) 


Allez, au mois prochain !!












copyrights photos : Canal Plus, HBO, abc, Showtime, Netflix, etc. 

4 comments:

  1. Hormis Once upon a time, je n'ai vu aucune de ces séries... Il y en a même dont je n'ai jamais entendu parler ! Je vais me pencher dessus :)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Ah, oui, j'adorerais avoir ton avis sur certaines ;)

      Delete
  2. Pour Elementary, je suis à la bourre, je n'ai toujours pas vu la 2e saison, pourtant j'avais trop kiffé la première saison !

    ReplyDelete
    Replies
    1. Faut dire que les Sherlock se suivent mais ne se ressemblent pas ;)

      Delete

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog

Reprise du blog sous le contrôle de B !

Reprise du blog sous le contrôle de B !