Tuesday, February 24, 2015

Comment dire au revoir ?


J’ai mis quelques jours à écrire ce papier.

Je dois avouer que je ne sais toujours pas quoi penser des personnes qui fuient volontairement ou non, mais maladroitement toujours, au moment de dire au revoir.

Pourtant, dire au revoir à quelqu’un que l’on a côtoyé pendant des années n’est pas difficile.

Soit cette personne n’est qu’une personne lambda, et à ce compte-là, un simple « Au revoir, bonne continuation » est une phrase efficace, banalement comprise par tous. Ce ne donne pas lieu à une effusion et une promesse, stupide, de « à bientôt ».

Soit cette personne est devenue plus complice avec des moments plus conviviaux et, là, un simple « au revoir » entre deux portes peut être particulièrement insultant (et honteux).

Je ne suis pas quelqu’un de particulièrement démonstratif mais je sais dire au revoir, sans paraître ni trop triste, ni trop distante, ni trop affable, ni trop condescendante -ni trop heureuse quelque fois... Oui, j'avoue -.

Je dis au revoir. J’ajoute à bientôt, si je le pense vraiment. Sinon, je souris, souhaite le meilleur pour le futur (que je souhaite sincèrement) et tourne les talons.

Dans le cas présent, j’ai trouvé la fin digne du début : distant, empreint d'une suspicion douteuse et ironique. Retour à la case départ, si je puis dire !

Sans compter la pique sur le fait que j’étais susceptible et que tourner la page était d’une facilité incroyable sans penser une seule minute que cela peut être injurieux pour les personne entendant ces paroles ; Tout cela a enfoncé le clou.

Etre distant, éviter l’autre et montrer que franchement dire au revoir pèse ne démontre pas d'un intérêt pour l’autre. Au contraire, cela prouve que l’on a prétendu un lien, une complicité ou une connexion qui n’est qu’une manipulation.

A l’heure des mails à gogo, un mail bien froid, bien distant avec un texte magnifiquement banal sera toujours mieux accepté qu’une rencontre entre deux portes qui sonne comme une obligation et, qui est tellement engoncée dans la maladresse que cela en devient blessant -involontaire ou non, là n'est pas la question -.

Alors, voici un texte simple par mail pour dire au revoir à vos personnes lambda :

« Bonjour X, Juste un petit mail pour te dire au revoir. Bonne continuation à toi et travaille-bien. Cordialement Y ».

C’est clair, net, précis. Cela veut dire en vrai :

« Bonjour, merde comment il s’appelle déjà celui-là, ah, oui, X. comme je ne voulais pas voir ta tête, un mail suffit amplement. Je suis heureux de me tirer de là et de te laisser à ta morne vie. Bosse, c’est tout ce que tu sais faire de bien, je te l’accorde. Allez, ciao la compagnie ! ».

En définitive, pourquoi fuir à ce moment précis ?

Parce l’autre, justement, n’est rien d’autre le pion parfait et que l'on ne salue pas un objet ? Et qu'il ne mérite rien d'autre que de l'indifférence ?

Parce que l’autre va nous manquer ? Alors, on ne dit pas au revoir. On ne dit rien et on lance un « Allez, à la semaine prochaine ! », ce qui sous-entend que, quel que soit le mode de communication, ce n’est pas un vrai départ.

Quoiqu'il en soit, cela m'a fait rire aux éclats quelques jours plus tard quand j'ai raconté cela à un copain. Il m'a regardé et a éclaté de rire en disant "mais ça a quel âge ?"... 

Le ça était hirarant, et comme je ne regrette jamais rien, je me dis que cela m'a servi, au moins, à deux choses (sans créditer l'intéressé) :

- Un sujet parfait pour un nouveau roman
- Et faire rire B qui m'a dicté un papier !!

On croit rêver !

La suite ? Aucune... même dans les éventuels échanges sibyllins post-départ, la banalité était telle que cela ressemblait plus à une tentative ironique qu'à un véritable intérêt...


Dommage, non ?


En définitive, on devrait tous apprendre à dire bonjour et au revoir dès l’école maternelle.... sincèrement.


2 comments:

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog

Reprise du blog sous le contrôle de B !

Reprise du blog sous le contrôle de B !