Saturday, January 17, 2015

Petite nouvelle en deux parties... « N’attendez plus le coup de foudre, piratez-le ! »


Ce texte a été écrit pour un concours de nouvelles... : « N’attendez plus le coup de foudre, piratez-le ! »



Perso, je n'avais aucune intention d'y participer, mais je trouvais l'idée des étudiants de la Sorbonne excellente...


Je tiens à souligner que mon humour m'a poussé à faire dans la caricature et le machisme afin de créer un hacker bloqué dans une autre époque car je trouvais cela drôle ... 


N'allez pas hurler au loup ou au féminisme, merci !!




1ère Partie : 


Oui, je sais, j’ai été foncièrement mauvais.


Mais que voulez-vous, c’est la faute à Clémence ! Elle n’avait pas qu’à me quitter en me mettant au défi de lui fournir la définition de l’amour « sans algorithme, sans logiciel, sans traqueur, avec une touche d’humanité autre qu’une voix synthétique ».



A moi ! Le Hacker le plus craint de cette partie de l’hémisphère nord !



Comme je ne suis pas un être fondamentalement inhumain mais qu’elle m’avait un peu énervé, je me suis mis dans la tête de lui prouver que je pouvais rendre amoureuse n’importe quelle fille grâce à mes « calculs de nerd » - elle adorait me taquiner-.

L’amour repose désormais, à l’ère de tout Internet, sur les algorithmes. Tout est calcul, équation, base de données.

Il me fallait un proie et pas n’importe laquelle. Une fille basique, tangible, que je pourrais étudier facilement. J’ai donc jeté mon dévolu sur la voisine du 5e.

Une chose étonnante, assez insignifiante en définitive. Il a fallu que je me cogne à elle dans le local à poubelles un jour où mon ex n’avait pas fait son travail du matin pour que j’aperçoive cet être banal.

Non pas que je suis le garçon le plus sexy et beau de la Terre, mais, ma foi, lors de mes sorties aux conventions spécialisées (où tout bon geek se doit d’aller), j’ai un franc succès auprès des donzelles à la recherche du grand Amour.

Revenons à ma voisine. La décrire serait d’une platitude effrayante, mais il est à souligner que derrière  son « sans style » et l’embonpoint, elle a quelque chose d’unique et d’attirant. Elle est du type de filles que j’appelle communément « les jolies qui s’ignorent ». Elles se cachent sous « trop ou pas assez ».

Personne ne les remarque jusqu’à ce qu’un kamikaze, en manque d’affectation, se reporte sur elle(s) et découvre la perle dès l’effeuillage du cadeau.

Quand je l’ai vue, elle portait un pyjama d’homme trop large pour elle avec un t-shirt Petit Bateau (oui, je sais reconnaître les marques, j’ai piraté quelques sites à mes débuts) trop serré. Elle avait une queue de cheval mal attachée par un élastique rose fuchsia et des chaussons Gros Minet. L’archétype de la vieille fille en devenir.

Ma proie était parfaite.

Il me fallait des informations, alors j’ai fait ses poubelles et j’ai récupéré les publicités et autres envois issus de base de données achetés en masse et j’ai compilé le tout dans mon logiciel de piratage.

Il faut dire que je suis unique en mon genre. J’ai élaboré un programme qui recherche avec l’apport de quelques renseignements basiques (nom, prénom, adresse, code postal, date de naissance) tout ce qui peut se trouver sur Internet sur la cible.

Dans mon cas, ma voisine, que je nommerai MissChat était une droguée d’Internet. N’ayant pas de vie sociale (elle sortait peu), travaillant pour une administration territoriale (à horaires fixes) et sans attache (pas de mec à l’horizon), elle passait ses soirées à surfer sur le Net, et surtout à l’alimenter son blog.

Le thème du blog : Les chats.

A partir du blog, remonter jusqu’à toutes ses informations parues sur le Net a été un jeu d’enfants.

En deux jours, j’avais tout : cursus scolaire, historique des sites visités sur deux ans, son adresse IP, nom, prénom, âge, lieu de naissance, noms des parents, numéros de sécu, derniers achats, ses goûts en littérature, ses dernières sorties au ciné, ce qu’elle avait mangé le mois dernier (les commandes en ligne, c’est trop facile à cracker !), etc.

Il ne manquait plus qu’à pénétrer dans son ordinateur, voir un peu ce qu’elle y cachait (lettres, brouillons de mail, photos de stars, derniers fichiers téléchargés, etc.)
Cela m’a pris une semaine pour tout rassembler, trier l’essentiel et me fabriquer une identité béton en concordance avec ses goûts.

Oui, évidemment, j’avais envisagé la solution de l’inscrire sur un site de rencontres pour qu’elle trouve le mec idéal, mais la probabilité pour que la demoiselle flashe sur un type « normal mais attractif » était inversement proportionnelle à mon envie de récupérer l’autre emmerdeuse et de coucher avec elle.

Et puis, il faut dire que ne possédant pas de photographie potentiellement sexy de MissChat, je courais au désastre.

Le dernier site de rencontres à la mode « SéduisMoi » (qui avait bien pu trouver un nom aussi con !) acceptait tout le monde « sous réserve de validation de photos mettant en valeur le meilleur de vous-même ». Autant le dire tout de suite « Si t’es moche, même pas en rêve ».

MissChat n’était pas moche. Elle était de celles qu’on ne dit rien.

Comme dirait ma petite cousine : Choupinette, un truc mignon mais qu’on oublie systématiquement dans les toilettes publiques.

Ouais, je sais, je suis méchant. Mais réaliste.

Bref, après une semaine, j’ai laissé mon programme ultra calibré me définir le portrait robot de l’homme idéal selon MissChat.

Premier élément : qu’il aime les chats.

J’ai donc récupéré tout et n’importe quoi paru sur les chats, recroisé les données avec ses races préférés ; J’ai trouvé le nom de son premier chat, mort depuis, et j’ai pris ce nom comme pseudo sur les forums spécialisés.

J’ai créé de toute pièce (la classe !) un site sur les chats avec un nombre considérable de commentaires « d’admirateurs » et j’ai piraté un vieux blog pour lui faire croire que ce vieux site avait migré vers une version moderne.

Elle y allait de temps en temps et, donc, allait forcément tomber sur mon profil.

Deuxième élément : qu’il soit un mec ni beau, ni moche, mais avec un côté rassurant.

J’ai galéré comme un fou pour réaliser un portrait robot ! Putain de logiciel de traitement d’images ! Cela te permet de retoucher ta cellulite mais agence mal différentes parties du visage. J’ai opté pour un portrait en noir et blanc, histoire de cacher quelques « imperfections ». Un truc flou.

Le côté « je suis un oiseau tombé du nid » fait toujours rejailli le côté maternel d’une fille.

Troisième élément : arriver à ce qu’elle me contacte.


Là, mon profil, mon pseudo (Zébulon), mes goûts et le fait que mon chat était en train de mourir, ont agi comme par magie.



En deux jours, elle m’avait accepté comme « ami » sur le forum des chats. J’ai tenté le MP[1], sans succès. 



Méfiante, la bestiole.


Une semaine plus tard, mon chat mourait. Dieu est son âme, j’étais « inconsolable ».

Le hasard a voulu que le sien trépasse vraiment.

Deux cœurs meurtris se rassemblent en MP.                     

Une semaine plus tard, nous étions un peu copains comme cochons.

On échangeait presque deux heures tous les soirs sur le chat du site. Elle était drôle, MissChat.

J’en oubliais même la mort de mon chat !

Pendant quinze jours, j’ai tissé ma toile. J’ai piraté deux ou trois fois sa messagerie et j’ai lu deux ou trois mails me concernant. Elle écrivait à une vieille copine de lycée, habitant à l’autre bout de la France, que le « mec du forum était vraiment trop chou, avec des goûts similaires aux [miens] et un parcours de vie quasi identique ». Elle posait la question si cela était une coïncidence ou juste le destin. Sa copine lui demanda alors si j’avais fait des avances, ou écrit quelque chose qui laissait à penser que j’étais « intéressé ».
J’étais « intéressé », donc, j’y suis allé franco.




[1] Message privé

No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog

Reprise du blog sous le contrôle de B !

Reprise du blog sous le contrôle de B !