Saturday, October 25, 2014

Quand la goujaterie sort du bois !



Alors, quelque fois, vous êtes sciés.

C’est ce qui m’est arrivé récemment.

Je vous passe les détails, négligeables, mais dans la même conversation, j’ai eu droit à une réaction digne de la 4e (voire fin de 5e) – le côté gaminerie donc- et un appel « Help Me » par signaux de fumée (Whatsapp ?), envoyé sous mes yeux (alors que la conversation ne se prêtait pas vraiment à cela), pour clore de façon « adulte » une entrevue.

Passe encore sur la gaminerie mais la goujaterie, ça, j’ai un peu de mal.

Je pardonne largement aux "gamins" (vu mes PeterPan vous avez de la marge !). Je trouve cela même drôle, parfois. 

Sur le coup, j’ai retenu le mien -de coup, suivez un peu !- mais j’ai fait comprendre, a posteriori,  à la personne concernée que j’avais largement compris sa tentative désespérée d’échapper à une discussion, qui, soit traînait en longueur, mais qui revêtait une certaine importance, visiblement insuffisante (ou pas assez brillante, intelligente, intéressante, etc.) pour cette personne.

Le pire c'est que je ne suis pas sûre que mon interlocuteur se soit aperçu de son attitude cavalière !

J’admets largement qu’en cas d’urgence absolue, on puisse se plonger dans son Smartphone et pianoter avec frénésie pour informer immédiatement, en oubliant quelque peu l’interlocuteur.

Mais quand la personne en face de vous vous expose un souci personnel, sans solution certes, mais réel, la moindre des choses est encore d’assumer de mettre un terme à une conversation en des termes simples (oui, on parle simplement aux simplets, merci) 

« merci, le sujet est clos », 
« merci, au revoir », 
ou bien le risible « désolé, mais j’ai piscine » (qui, lui, aurait eu le mérite de me tirer un sourire). 

Toute personne normalement éduquée ne persistera pas et s’excusera même d’avoir « dérangé ».

Alors, le message envoyé au « faire appel à un ami », ça m’a fait marrer d’autant que ledit ami fut très mauvais comédien. 

Il faut mentir avec panache, merdus !

Quand je suis partie, j’en riais seule sur la route du retour à la maison (et j’ai du passer pour la simplette du coin !).

Comment peut-on en être réduit à « faire appel à un ami » pour éviter une discussion que l'on juge banale ? 

On est entre adultes. 

Ah, oui pardon, la 4e, j’oubliais !

Personnellement, cela ne m’a pas vexé car j’ai trouvé cela enfantin, soit sans une once de savoir-faire. Je peux lui pardonner cette attitude là.

Par contre, j'ai pensé que cela était insultant.

Qu’est-ce que cela aurait eu de la gueule de dire « Bon, allez, on en reparle après le déjeuner prévu le 32 février ! », plutôt que cette maigre sortie.

Allez, sans rancune, mais je me garderai bien, désormais, d’échanger quoi que ce soit de privé ou hors cadre outre les banalités d’usage puisque ma conversation n'est visiblement pas ni la hauteur ni assez concise et qu'il faut un tiers pour faire le ménage. 

 « Même pas drôle » comme disait mon petit cousin. 



Kasabian "Bow" 






2 comments:

  1. Un très "élégant" mélange de bêtise et de lâcheté...

    ReplyDelete
  2. C'est fort, ça. Suis ok avec L. c'est de la lâcheté !
    Promis, pas tous les mecs sont des goujats.. Même si ma femme le pense aussi, quelquefois... bises de nous deux.

    ReplyDelete

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog

Reprise du blog sous le contrôle de B !

Reprise du blog sous le contrôle de B !