Wednesday, February 12, 2014

A la rencontre d'un auteur : Pierre BIANCO.... Vas-y Pierre !


J’ai rencontré Pierre BIANCO lors du salon de Roussillon. Nous étions voisins de table et on a passé une bien belle journée (tous) ensemble.

J’ai eu envie qu’il soit aussi sur mon blog pour qu’il puisse vous expliquer toute la richesse qu’il porte en lui.

A toi, Pierre !




- Pierre, bonjour, peux-tu te présenter en tant qu'artiste ?

J’ai eu dès l’enfance un goût marqué pour les activités artistiques, musique, peinture, poésie et littérature, mais l’histoire m’a toujours fortement attiré : archéologie, connaissance du passé par la lecture. Finalement, mes penchants pour la littérature et les activités touchant à l’histoire ont pris le dessus, même si je conserve un goût marqué pour la musique que je pratique.

- D'où vient ton envie de travailler sur ce genre de thème ?

La découverte du passé est quelque chose de passionnant car elle permet de retrouver l’être humain dans l’environnement de l’époque étudiée et d’observer les évolutions (ou non évolutions) de l’homme à travers les âges. Partir à la recherche des événements et des modes de penser du passé, et les faire revivre par écrit permet de préserver un patrimoine qui pourrait être perdu à jamais, tout en enrichissant notre connaissance.

- Comment travailles-tu ?

Il y a des thèmes et des secteurs d’investigations qui me motivent plus particulièrement, la Haute Provence et la Corse notamment, (deux régions où j’ai des attaches tant familiales que sentimentales). Pour aborder un travail, il faut que j’en sente en moi l’envie qui me pousse à m’y engager, une sorte de voix intérieure qui me dise « vas-y ». 
Je pars donc à la recherche des documents, mais aussi, s’il le faut, des interlocuteurs possibles qui ont souvent beaucoup à dire. Ma profession de chercheur CNRS m’a beaucoup aidé en cela, pour une bonne recherche bibliographique et le développement d’un esprit critique qui trie et compare.

-  Tu as passé de longues heures de recherche aux archives… J’adore fouiller dans les vieux papiers et toi ? Un univers de prédilection ?

Les sites archivistiques sont évidemment des lieux de prédilection où l’on trouve les documents « de base », où l’on peut s’engager dans des voies qui ouvrent souvent des portes dont on ne soupçonnait pas l’existence. Il est toujours émouvant d’avoir en main un document vieux de plusieurs siècles qui nous « parle » et nous révèle ses secrets. C’est une étape qui demande beaucoup de patience, de méthode et d’esprit critique.

- En tant qu'auteur, comment es-tu publié et distribué ? Quelles ont été tes démarches ?

Il n’est pas toujours facile de trouver un éditeur qui accepte de publier son travail. J’avoue avoir eu beaucoup de chance, soit avec l’Université de Provence, soit avec mon éditeur en Corse, soit avec mon éditrice localisée dans le Vaucluse, qui ont accueilli et publié « mes écrits ». Je pense qu’il en sera de même pour mon travail sur la Haute Provence en cours. La diffusion se fait soit par le biais des éditeurs, soit par mes propres démarches : contacts avec les libraires, conférences, séances de signatures. Ces dernières approches sont intéressantes, car les contacts directs avec les lecteurs sont fructueux et vivants.

-  Présente nous ton dernier projet ?

Mon dernier projet est un travail qui m’a demandé un grand investissement en temps et recherches. Il a été mené sur plusieurs années, car c’est une étude historique, géographique et économique des origines à nos jours sur un secteur de la Haute Provence. Ce travail m’a d’autant plus passionné que j’ai été mis en contact avec des acteurs de ce pays, avec des collègues qui m’ont conseillé, et je leur en sais gré.




- Quels sont tes projets 2014 ?

2014 sera je l’espère, une année où je ferai connaître mes travaux et où sera publié le travail en cours, mais j’ai aussi des projets « sous le coude » – et « sous la plume » – touchant aux deux thèmes qui me sont chers. Mais peut-être que les recherches dans les Archives (ou ailleurs ?) m’en révèleront-elles d’autres ?

- Où peut-on trouver ton travail, outre qu'en librairie ?

Dans les librairies locales de Corse et de Haute Provence, mais aussi par contact avec moi-même ou mes éditeurs (leurs sites notamment), ainsi que : pour la Corse à L’Institut Corse-Méditerranée (site www.icmcorse.org) et le Centre généalogique des Alpes de Haute Provence (site www.gena04.fr) ou enfin en me contactant (pierre.bianco@orange.fr).



Bibliographie


De la pile de Volta à la conquête de l’espace. Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 2ème édition, 2010.

Calvi, préside et cité de Corse aux XVIIe et XVIIIe siècles, Éditions Alain Piazzola, Ajaccio, 2008.

Pas de pitié pour la bergère. Un meurtre en Haute Provence au XVIIIe siècle, Roman historique, Éditions du Luberon, Lauris, 2010.

Les familles corses dans leur cadre historique. Histoire, lignages, mythes et traditions, Éditions Alain Piazzola, Ajaccio, 2013.

Le baiso. Une affaire de mœurs en haute Provence sur le plateau d’Albion, Roman historique, Éditions du Luberon, Lauris, 2013.


No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog

Reprise du blog sous le contrôle de B !

Reprise du blog sous le contrôle de B !