Wednesday, September 04, 2013

Dublin en avion, sans les garçons 3ème partie (et fin ?)


Outre le joli damoiseau sur le tarmac dont on parle encore avec Meilleure Amie et Ambre Rivas (il faut dire que ce dernier battait tous les records, pourtant affublé d’un uniforme réglementaire spécial aéroport pas sexy !), notre déplacement jusqu’à Dublin a été assez mouvementé et suffisamment pour nous faire rire à l’aller, comme au retour.

Déjà, à l’aller, il a fallu récupérer Meilleure Amie, qui plantait seule au beau milieu de la foule des parisiens prompts au départ en vacances à la Gare de Lyon.

Bon, je ne vous le cache pas, Meilleure Amie a été la seule à se distinguer aux portiques de sécurité de Roissy ; La voir avec des « sacs bleus » aux pieds à cause des œillets métalliques de ses bottines (j’ai une photo qui le prouve !), c’était désopilant ! On en a ri pendant des heures.

Mais le plus intéressant fut le retour en avion.

Arrivées juste dans les temps pour enregistrer nos bagages en soute (il valait mieux !) après la promenade en bus pour l’aéroport (longeant les quais, j’ai eu envie de descendre pour repartir « chez nous »), et le passage aux frontières, nous avons atteint le fin fond de l’aéroport (où était affecté le damoiseau). Déjà, rien que la vue à l’arrivée, on avait le moral dans les chaussures (que Meilleure Amie avait gardé aux pieds cette fois !) : le tarmac, les avions, l’annonce de notre vol mais heureusement un joli garçon. Retour à la réalité, les filles !

Mais c’était sans compter sur :

  1. l’avarie de notre avion,
  2. la sagesse du pilote,
  3. la tranquillité irlandaise,
  4. les boulets.

En résumé, notre avion a subi un « souci technique » (oh) et le pilote a préféré attendre le vol suivant pour récupérer ce dernier et effectuer le rapatriement des touristes. 1h20 de retard (à regarder le damoiseau).

Bon, je ne vous cache pas que voir le pilote faire le tour de la carlingue, inspecter les réacteurs (oh oh), regarder les roues (oh oh oh) et parler en aparté avec le technicien chargé du ravitaillement (oh oh oh oh), cela ne vous met pas dans les meilleures conditions pour monter à bord. Mais, tout irait bien, il y avait trois sœurs dans la salle d’attente. Le Patron pourvoirait (enfin, on espérait bien !).

Les boulets sont arrivés au moment précis où un réacteur tracté par une voiture passait devant nous. Le boulet-mère a précisé que son boulet-mari était un féru d’aéronautique et qu’il avait vu le vol que nous devions prendre « atterrir avec les pompiers et la police aux trousses » (oh oh oh oh oh). Le boulet-mari était occupé à filmer toutes les allers et venues des techniciens qui préparaient notre avion et lançait des regards sur son binôme de boulet dans le pur style « complot, vol catastrophe ».

Le boulet-mère était affublée de deux boulets-enfants : un qui faisait la gueule et refusait de manger et l’autre qui souriait aux anges et mangeait sans cesse (le stress d’être un enfant-boulet ?).

Dans l’avion, installées en queue, Meilleure Amie et moi avons décidé de faire des commentaires à la Monty Python (hilarants, enfin pour nous) pendant les phases de décollage et atterrissage. On riait tellement que nous avons dû stresser le monsieur sérieux assis à côté de Meilleure Amie.

En live, c’était drôlement divertissant, mais je pense, rétrospectivement, que le monsieur sérieux a dû en avoir marre de nos fous-rires débiles et de nos imaginations débordantes (« merci de bien vouloir ne pas paniquer pour rien, on remplace le réacteur et on part dans deux minutes ! », « Tiens, y’a un écrou qui manque à droite ! », « Le commandant vous remercie de votre aide, quelqu’un peut-il actionner manuellement le train d’atterrissage » ; « Houston, nous avons un problème, y’a pas de gilet de sauvetage pour tout le monde ? C’est quoi cet avion ? un Hydravion ? », « le pilotage pour les Nuls ? c’est toi qu’il l’a ? »… florilège débile de nos réflexions). 

Même Ambre n’a pas trouvé notre jeu « du commentaire sportif » très « drôle » surtout à l’atterrissage ! Il faut dire que cela secouait beaucoup et que l’on avait un peu faim (et sommeil ?).

Quelques vues prises de l’avion en partance pour Dublin (au retour, je n’avais pas accès au hublot, occupé par le monsieur sérieux).





No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog