Wednesday, July 10, 2013

La vie n'est qu'une question de goût !


Encore un petit questionnaire trouvé dans le magazine STYLIST que je trouve particulièrement pertinent et intéressant….

Evidemment, Lila n’a pas manqué de me mettre au défi de répondre aux questions du test « La vie n’est qu’une question de goût ! »… Elle m’a précisé que « c’était tout » moi…. Ben, oui, tiens, évidemment…

Allez, je m’exécute car j’adore Lila et sa façon si opiniâtre et spontanée de me mettre au défi…

Une héroïne ou un héros de film qui vous ressemblerait ?
Probablement l’un des personnages de « le Vent se Lève » de Ken Loach (The Wind That Shakes the Barley), Damien, joué par Cillian Murphy. Il faut voir le film pour comprendre… un mélange de liberté de pensée (penser aussi), de devoir et d’indépendance.

Le disque qui a bouleversé votre adolescence ?
« Rio » (Duran Duran, oui, oui, riez donc braves gens !) 1982 et « Let’s Dance » (David Bowie) 1983. Oui, on peut dire que je suis nettement éclectique dans mes choix (déjà à l’époque). Ce n’est quand même pas ma faute si je suis née dans la période la plus loufoque musicalement parlant…







L’artiste maudit qui vous ressemble le plus ?
J’ai une tendresse particulièrement pour les maudits. En fait, j’aime surtout les gens hors norme qui s’en tiennent à leurs idées quoi qu’il en coûte. Un artiste n’est jamais totalement maudit car il y aura toujours une personne sur cette planète pour capter l’idée principale de son art… (enfin, on se rassure comme on peut !).

La chanson nulle que vous aimez ? 
Thai Na Na (Kazero)… ça me fait marrer à chaque fois ! Ne parlons même pas du fait que je connaisse encore les paroles, que je sautille débilement dès que je l'entends et que ça me rappelle des dizaines de souvenirs qu’il vaut mieux ne pas évoquer ici.




L’autographe le plus important que vous avez sollicité ?
Je ne suis généralement pas de ceux qui patientent des heures pour avoir un autographe, ou qui vont déranger quelqu’un. J’ai rarement fait la queue pour une signature. Mes souvenirs me suivent, je n’ai pas besoin d’une preuve matérielle.
Parmi les rares élus (je crois que c’est la seule, d’ailleurs), je me dois de citer l’écrivain Camille de Peretti. J’ai dû marcher pendant 15 minutes en rond dans le salon avant d’oser m’approcher du stand où elle dédicaçait son livre (et encore, on avait échangé des mails et elle était au courant que j’étais susceptible de venir).
Alors, je ne vois personne d’autre. Je serai incapable de demander un autographe directement. Le seul qui pourrait m’y pousser c’est Oliver Stone, mais je suis sûre que je pourrais m’évanouir avant même de lui parler.

Jusqu’où avez-vous poussé votre fan-attitude pour un artiste ou une œuvre ?
Oh, ça c’est facile comme réponse. Me faire tatouer le nom d’un groupe de musique avec la phrase la plus connue (même typo qu’un graffiti) ! C’est suffisamment barré comme fan-attitude !

Je n’en reviens toujours pas d’avoir eu le culot de faire ça ! Mais depuis, je dois avouer que je me demande souvent comment j’ai pu attendre si longtemps pour le faire.


Une série télé qui vous a fait zapper toute forme de vie sociale ?
J’ai refusé longtemps toute invitation à sortir les soirs où était diffusé X-Files, puis par la suite 24 heures Chrono, Six Feet Under et Dexter. Maintenant avec les rediffusions, les Replay et autres joyeusetés possibles sur le Net, j’ai moins de scrupules d’abandonner mon héros préféré pour le héraut du soir !



Le livre que vous relisez régulièrement sans jamais réussir à aller au bout ?
Ce n’est un secret pour personne…. J’ai du mal avec Zola. Le premier qui pourra m’expliquer comme finir un livre de cet écrivain incontournable pour ma culture générale, je l’épouse !

Le film que vous avez vu au moins une vingtaine de fois ?
Outre « La Charge Héroïque » (oui, petite fille, j’étais amoureuse des Western et accessoirement d’un des personnages… attendez voir, je crois qu’il s’appelait Flint Cohill), je pense que celui que je revois sans me lasser c’est « Seven » de David Fincher. Plus je le visionne, plus je découvre un détail, et plus je me dis que j’aurais adoré écrire le scénario. Outre les interprétations, ce film est parfait : histoire, lumière, personnages, fin, morale, musique, etc.




L’artiste le plus sous-estimé et celui le plus surestimé, selon vous ?
Le plus sous-estimé, tous ses groupes de musique de province qui galèrent pour se faire connaître et qui finissent dans les fêtes de villages.
Le plus surestimé, la plupart des gagnants des émissions télé.

L’œuvre d’art ou l’artiste qui vous a rendue plus intelligente ?
Pierre Soulages. Je me suis sentie toute petite, ignorante, limite dinde devant ses grandes toiles avec ce noir lumineux, cette faculté de bouleverser quelqu’un et toutes ces interprétations possibles.
A un autre niveau, Arthur Rimbaud.

Et là, tout de suite, je me dis qu’il faut que j’arrête de peindre et d’écrire…

Le livre que vous faites semblant d’avoir lu ?
Don Quichotte de Cervantès… J’en ai lu 90% et j’ai lâché prise. Depuis je me dis tous les étés : « Allez, lis-le, merdus ! »… Et je me plonge dans un autre livre… Cet été ne sera pas différent des autres, croyez-moi !

La fin de film que vous auriez changée ?
Je n’aurais pas tué John Doe dans « Seven » ! Mais, honnêtement, en y pensant rétrospectivement, si je l’aurais buté ! Tant pis pour la morale et le fait qu’il aurait gagné son pari des 7 péchés capitaux.

Ah, oui, et j’aurais demandé à Meryl Streep de partir avec Eastwood à la fin de « Sur la Route de Madison », histoire que Meilleure Amie me dise enfin « Ah, tu vois que les histoires d’amour finissent bien ! ».



David Bowie "The Hearts Filthy Lessons"



No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog