Wednesday, March 27, 2013

Un compliment ? Non, non merci.


Dernièrement, lors d’une discussion, j’ai été étonnée de m’entendre dire que « oui, j’avais un large problème avec les compliments que l’on m’adressait ». La personne avec qui je discutais, m’a regardée et a souri d’un air entendu. J’ai bien saisi le sourire en question. Elle le savait déjà.

Cela se voit donc que je ne sais pas accepter les compliments. Merdus !

Nous avons donc échangé pendant quelques minutes sur le fait que « oui, c’était correct d’accepter un compliment quand celui-ci est mérité ! » et que je me devais de le faire « plus souvent et en pleine connaissance de ma valeur ». Cette fois-ci, j’ai souri.

Pour avoir passé quelques heures avec elle, sans pour cela que nous soyons devenues copines ou même bonnes camarades, elle a pointé deux ou trois failles dans la cuirasse. J’ai opiné un brin bêtement, je le concède, et quand je suis sortie du bureau, en marchant vers At The Office, je me suis dit qu’il y avait fort à parier que cela se voyait comme le nez au milieu de la figure.

Ce côté « pas de compliment pour moi », merci ; Ce côté « parce que je ne le vaux pas, merci »… Bref, ce petit côté encombrant de ma cuirasse.

En parlant de cuirasse, il va falloir que je revoie sérieusement le matériau qui semble un peu défectueux (d’origine ?).

Pendant ma promenade de retour, j’ai donc essayé d’analyser les failles de la bestiole et je suis arrivée à la conclusion logique que je déteste me faire remarquer et que cela me met mal à l’aise d’entendre des compliments.

Evidemment, le problème serait limpide si la bestiole en question (moi, donc, vous suivez ?) se contentait de rester en retrait sans publication d’articles, de livres, de photos et autres productions artistiques (et, accessoirement, arrêtait d'alimenter ce blog !) qui, de toute évidence, amènent à quelques expositions de sa personne.

Par exemple, mon séjour au Salon du Livre ce weekend a été simple, sans problème majeur pour ma modestie (même si j'ai rougi intérieurement quelques fois !) et j'ai apprécié les marques et les compliments des visiteurs...

Le paradoxe est donc qu’une partie de moi revendique le droit à l’image et que l’autre s’amuse réellement à saborder le navire. L’hypothèse privilégiée serait donc que cette ambiguïté serve la créativité et dope les neurones affectés aux compositions en tous genres.

L’hypothèse la plus réaliste est que cette personne ait complètement raison et qu’il y ait un dysfonctionnement notable depuis le début dans la cuirasse. Autant vous le dire tout de suite, j’aime ma cuirasse et je ne vais pas en changer maintenant… ou alors par touches concises.

Du coup, elle m’a proposée de faire du théâtre (pour être sur le devant de la scène et savoir « assumer »), ce que j’ai refusé avec rougissements et grands moulinets de bras à l’appui.

Ma dernière prestation scénique remonte au lycée, avec compliments et applaudissements pour ma contribution à la pièce. J’en suis encore rouge écrevisse. J'avais volé la vedette à la "star" de l'école et je crois bien qu'elle m'en veut encore !

Merci donc à Audrey M. pour son soutien, son écoute et son suivi.... A bientôt...

Cette chanson résumerait assez bien ma pensée du jour (Ah, merdus, c'est encore Colplay - In My Place.... Mais qu'est-ce que j'ai avec eux, en ce moment ?? Help !)....




No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog

Reprise du blog sous le contrôle de B !

Reprise du blog sous le contrôle de B !