Sunday, February 10, 2013

Aventures de la Smala: La Smala fête Noël #3 (suite et fin)


Après le premier épisode sur les préparatifs du réveillon puis le récit de la journée elle-même

Bon, je vous passe la descente vers la maison « en formation tortue », le repas, les vannes foireuses de Cousin Edmond, le cours magistral sur l’Histoire de la  « c’est de la merde » – Gaulle de Suprême, l’explication dans le texte du « pourquoi le noisetier a été abattu l’année dernière » de Un, les pleurs de Lord of the Rings, le baiser qui tue entre les FlowerPower, Bis qui se saoule au cognac, Cousine Sidonie qui finit par ne manger que des chocolats sous prétexte d’un régime « spécial », Quatre qui jouait au Cochon qui Rit sous la table avec Deux, Bibi qui flirtait avec l’ennui mortel (et un joli damoiseau sur Twitter… heu, oui, entre temps, on avait rebranché, discrètement, le Wifi avec Quatre et Lord of the Rings), Trois mangeait tout et GAT discourait sur sa vie passée et ses anciens amants avec Pétunia….
Bref, la routine dans la smala !

A minuit moins quatre, Quatre (ah) a commencé à s’agiter en direction du sapin et a précisé qu’un cadeau par personne serait ouvert à minuit « pile poil » et le reste « demain matin ». Lord of the Rings a précisé que « techniquement, demain serait, alors, aujourd’hui » et s’est fait engueulé par Deux qui n’avait pas tout (ou trop ?) assimilé.

A minuit « pile », GAT s’est levée et a fait signe magnanimement : « Allez, donc, mes enfants ! ».

Vous vous imaginez un troupeau d’éléphants qui fuient dans la savane ? Oui, eh bien c’était pareil, mais en version à deux pattes avec des guirlandes autour du cou pour certains (Trois, Pétunia,  FlowerPower, Deux, etc.).

Bon, il faut expliquer que le « un-cadeau-chacun » n’a pu se dérouler qu’après que nous ayons, tous, choisi avec discernement (autant que faire se peut à cette heure et dans cette famille) « LE » cadeau de « Minuit pile poil ». Car comme l’a dit justement Deux « Si j’ouvre une merde maintenant, je vais mal dormir et je vais être trop pas dégoûtée ! » (sic). Lord of the Rings a donc examiné tel Sherlock Holmes ses trois cadeaux et a soupesé chacun avec une délectation digne d’un des plus fins limiers du 20e siècle.

Après une bonne heure de « alors c’est quoi ? », « Merdus, tu pourrais me donner un indice ? », « Ah, il est lourd celui-là ! », nous avions tous un cadeau devant nous à table et GAT donna le signal de l’ouverture.

Les bolducs ont volé, les papiers ont fini en avion, les étiquettes ont atterri au sol, et tous étions surexcités ! Cela a duré dix secondes. Les dix secondes pendant le déballage du cadeau !

Après ? Les doléances ont commencé par Trois qui demandait qui était « l’imbécile heureux » qui lui avait acheté une paire de pyjamas en soie avec « des volants partout » alors qu’elle dort en chemise de nuit pilou depuis quarante ans, « allez disons soixante et vous serez proches de la réalité » a soufflé Suprême.

GAT a, un peu, râlé sur sa « boîte à pilules » faite main (compte tenu du rougissement de Lord of the Rings, nous avons su qu’il l’avait faite avec amour), mais a remercié à la délicate « attention » d’avoir gravé son prénom « sans faute d’orthographe, pour une fois ! ».

Quatre a, bien évidemment, été déçu de ne pas apercevoir un chèque de dix millions d’euros mais s’est consolé (si on peut dire cela, vu sa tête !) avec une énième tablette numérique (« Fait-il un élevage ? » m’a demandé Pétunia consternée) ; Deux a hurlé de joie devant un bon pour « se faire du bien » (en Institut, on vous arrête tout de suite !) pendant quatre mois ; FlowerPower avait des billets aller/retour (« Dommage » dixit Bis) pour Venise ; Cousin Edmond était aux anges devant son cinquantième volume de La Pléiade ; les cousines Aglaé et Sidonie avaient « enfin » leurs Best-of de Claude Barzotti et Alain Barrière (« Oh merdus, il faut planquer le lecteur CD ! » m’a susurré Quatre) ; Lord of the Rings a eu droit à un livre sur la physique quantique (« Aquatique ? » a lancé Deux), etc.

Ah, oui, et qu’a eu Bibi ? Un livre de cuisine… Doit-on y voir comme un signe pour les repas qui se profilent ou une attaque ciblée sur le côté dictature des légumes ?

Nous sommes montés nous coucher en pestant un peu contre nos cadeaux (sauf Cousin Edmond, les FlowerPower, les Cousines et Lord of the Rings) et nous nous sommes retrouvés sept heures plus tard autour du sapin avec les autres cadeaux, avec les autres déceptions profondes et joies intérieurement contenues (« Oh merdus, encore ! »).

La journée de Noël s’est passée doucement entre deux toasts et trois verres de Cognac, deux siestes, trois belotes, quatre explications « torrides » chez les FlowerPower et une crise de rire monumentale entre Trois, Quatre, Bibi et Pétunia à cause de la chute d’une feuille (oui, oui, c’était marrant, mais irracontable !).

Ouf, on avait survécu à la première semaine…. Et on devait encore fêter le nouvel An !


No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog

Reprise du blog sous le contrôle de B !

Reprise du blog sous le contrôle de B !