Sunday, January 13, 2013

Amour, pour tous, toujours


Je persiste et signe… Merdus !

En lieu et place de mon « Tolérance 2/Monde 4 » qui arrive bientôt (au vu de quelques évènements qui m’ont passablement remis sur la voie de la rébellion !), j’ai opté pour le poétique « Amour pour tous ».

J’avais déjà évoqué le sujet dans deux précédents articles (ICI et LA) et cela avait chahuté dans la famille, dans le cercle des intimes et dans deux dîners en ville.

Cependant, la nouvelle année ne m’a pas dotée d’une nouvelle ligne directrice et, encore moins, d’une girouette.
Je persiste à clamer que je suis pour le mariage homosexuel (même si, effectivement, je rejoins ceux qui pensent que le terme « Mariage » n’est pas, à proprement dit, le plus judicieux pour faire avancer le débat !) et que je n’ai aucune intention de céder à l’hystérie de « mon camp ».

Oui, j’évoque « mon camp », parce que certains m’ont gentiment rappelé d’où je viens ! Un de mes anciens professeurs de lycée m’a expliqué, lors de nos vœux de bonne année, que j’étais déjà (je le cite, il approuvera !) « Un agneau qui se transforme en louve quand il s’agit de défendre ses idées ». Autant le côté louve me plaît, autant l’agneau n’est pas, à proprement parler, mon animal totem !

A l’entendre, le fait que je sois issue de ma famille chrétienne et pratiquante, de mon milieu, de mon éducation scolaire (écoles privées catholique) et avec mes principes, me porterait tout droit à descendre dans la rue pour hurler (avec la meute ?) les slogans contre le mariage et l’adoption homosexuels. Même si, le précisa-t-il à mon grand bonheur, « Tu n’es pas non plus le style à hurler avec la masse » !

Quant à savoir si mon éducation, ma famille et mes croyances sont de bons arguments pour me rallier à la manifestation du jour en défaveur du mariage gay, je vous le dis tout-de-go : non !

Non, je ne descendrai pas dans la rue aux côtés de « mon camp » parce que j’estime que « mon camp » a tort.
Cela va à l’encontre de mes idées de tolérance, de modernité, de compréhension, d’humanité et surtout, cela dessert largement le principe fondamental auquel je crois : l’Amour.

J’ai déjà expliqué largement que je pense ce que l’on aime une personne, son âme, ses valeurs, son enveloppe et ses idées, pas un genre prédéfini. Alors que vous soyez amoureux d’un homme, d’une femme, ou même de votre poisson rouge (quoique, dans ce cas précis, il va sérieusement falloir revoir votre échelle de valeur…), vous ne choisissez pas en fonction du sexe, mais de l’âme.

On aime une personne pour ce qu’elle est intrinsèquement. Je vous parle d’amour, pas de sexe, ni de désir. On n’est pas sur le même niveau de discussion, je vous le rappelle.

Alors, dans l’évolution moderne, et au fil des siècles, la vie et les esprits ont changé. Certaines croyances et « normalités » ont été bousculées pour faire évoluer les mentalités et l’ordre des choses.

Le monde est en constante évolution et rester sur les principes édités par la morale du Moyen Âge est à la limite du grotesque.

Quant à savoir si un enfant sera plus heureux, mieux équilibré avec un couple traditionnel (femme/homme, je le rappelle… au cas où !) qu’avec deux papas ou deux mamans, cela ne sera pas pire qu’avec une flopée d’ex-beaux-pères/mères, trois demi-frères et sœurs, et les amants de maman (papa restant généralement chez sa maîtresse…) ; Ni pire qu’un enfant qui se partage entre papa et maman en semaine et en weekend, en voyant l’un souffrir plus que l’autre ; Ni pire que s’apercevoir que maman aime toujours papa qui s’est remarié avec la fille de l’institutrice, etc.

L’amour étant ce qu’il est, aucun couple, « traditionnel » ou non, n’est à l’abri d’une sortie de route, d’un déchirement hystérique où les enfants sont les pare feux idéaux car ils sont tout amour pour maman et papa, ou maman et maman, ou papa et papa.

Bref, tout amour envers ceux qui se sont levés la nuit depuis leur naissance, ont mouché, ramassé le vomi, et ont consolé pendant des heures au premier chagrin d’amour quitte à avoir une crampe !

Parce que l’amour ne se mesure pas au genre d’une personne mais aux qualités humaines.


A lire pour une autre vision.

No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog