Sunday, October 07, 2012

Pour stéph .... Au suivant, ma belle ! ?



Dédicace pour Stéph qui m’a posé un problème avec sa mauvaise foi sur l’évaluation de sa situation clownesque !:

C’est bizarre cette sensation de « peine de cœur » alors que l’on ne connaît pas la personne. Vous rencontrez quelqu’un, vous buvez quelques verres pendant deux ou trois semaines, vous sentez une connexion, vous riez ensemble de tout, et un jour, sans crier gare, c’est le froid polaire qui s’installe.

Vous avez beau relancer les œillades discrètes, les invitations amicales et les jeux de mots qui faisaient mouches, rien. Un iceberg serait plus aimable et complaisant.

Bien sûr, en femme indépendante, vous vous faites une raison, stupide, « Un de perdu, dix de retrouvés » (ce qui est absolument n’importe quoi, car petit un, vous n’en connaissez pas dix de garçons, jolis s’entend, et petit deux, faudrait-il encore l’avoir gagné pour le perdre).

Car, là est bien la question. La perte de l’animal en question est quand même un peu rude. Non pas que vous vous étiez attachée à la bestiole par un lien indéfectible, mais, un peu, oui.

Il vous plaisait bien ce grand gaillard avec son look de surfeur, ses manières de fils à papa et son discours révolutionnaire.

Vous sentiez bien qu’il aimait bien parler avec vous en terrasse et qu’il n’avait, donc, pas honte d’être vu avec vous. Que c’est même lui qui vous avait invitée à chaque fois à « boire un verre après cette journée de merde » où vous ne parliez pas de boulot mais de cinéma et de surf (oui, oui, vous maîtrisez bien les bases).

Donc, pourquoi ce revirement illogique ? Voici, Stéph, les quelques raisons qui pourraient expliquer qu’il n’ait pas donné suite :

  1. Vous ne l’intéressiez pas dès le début, mais vous étiez la seule disponible à l’instant T (et la seule à le croire !).
  2. Vous ne l’intéressiez absolument pas, mais il avait dans le viseur votre collègue Arlette et depuis, il boit des coups avec elle.
  3. Vous n’étiez qu’un cas de recherche « Fille désespérée » et il souhaitait étudier cela de plus près.
  4. Vous étiez tellement désespérée (par quoi ?) que vous auriez pu, sous le coup de l’émotion (laquelle ?) finir la soirée avec lui. Et bien, non, sa conversation était assez passionnante pour ne pas y avoir pensé. Tant pis, lui y avait pensé !
  5. N’allez pas croire qu’un garçon qui s’intéresse à vous va vous tourner autour pendant des semaines sans, un matin, un soir ou un midi, vous indiquez que « tiens, oui, y’a cette expo demain, ça te dit ? ». S’il en reste au « verre après le bureau » sans rien d’autre que son sourire charmant (meur), vous n’étiez rien d’autre d’un doudou (au mieux) ou son collègue de travail (au pire).
  6. Vous l’intéressiez peut-être un peu, mais à force de ne rien entreprendre (Ah ? Parce qu’en plus, il fallait entreprendre ?) ou lui proposer (toi, moi, tous les deux ?) de concret, il est allé voir ailleurs (chez Arlette).
  7. Il s’ennuyait tellement à la machine à café, que la première cruche (vous) qui passait, a été la bonne. Bon, votre conversation l’a amusée quelques jours, puis, une jolie blonde est arrivée et la cruche s’est cassée.
  8. Vous l’intéressiez un peu (beaucoup ?) mais au vu de son potentiel émotionnel d’adolescent (quatorze ans à tout casser), il pensait sûrement que vous alliez l’embrasser, vous, en premier, et donc, il pouvait toujours attendre.
  9. Vous l’intéressiez beaucoup mais le fait que vos collègues connaissaient « vos rencontres », l’a bloqué et il a fui. Pas de sexe au bureau, on vous l’a déjà répété.
  10. Il vous intéressait, alors pourquoi vous avez joué à l’indifférente la dernière fois en l’envoyant dans les cordes à cause d’une réflexion de son chef ? Parce que lui, le grand gaillard, avait son petit cœur tout en miette après ! Du coup, nettement moins envie de vous faire la cour.
  11. Votre assurance l’a fait fuir. Je vous l’ai déjà dit : une femme forte n’attire personne que les mecs immatures en quête de maman (que vous repérez à vingt mètres et évitez comme la peste !) ; La prochaine fois, minaudez et montrez-vous sous un jour plus « fille », cela sera plus payant !
  12. Un verre (oui, d’accord, Stéph, treize), cela ne veut pas dire qu’un garçon est intéressé ! Cela veut juste dire qu’il aime boire avec vous, comme il aime boire avec ses potes.
Il n’empêche que votre (et son) petit cœur (et surtout son égo, hein, Stéph !???) en a pris un coup, non ?


Au suivant ?! 


Sa photo préférée parmi celles que j'ai prises à SMV !

1 comment:

  1. Je tiens à préciser (suite à quelques interrogations) que Stéph est une FILLE et qu'elle a approuvé toutes les notes et tous les points décrits ....
    Depuis, elle et lui boivent à nouveau des verres en bord de mer..... Merci QUI ????

    ReplyDelete

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog

Reprise du blog sous le contrôle de B !

Reprise du blog sous le contrôle de B !