Thursday, September 27, 2012

le 31 décembre ? Quoi ? Déjà ?


Ce matin j’ai réalisé que nous étions proches des fêtes de fin d’année (oui, j’ai reçu un joli email  avec comme slogan « réservez votre 31 décembre ! »)… et là, eh bien, je me suis dit « Pas besoin de chercher bien loin ce que je vais faire le 31 ! ».

A moins d’un miracle (ma collègue et moi gagnons enfin la cagnotte de l’Euro Million© ; Jude Law se présente à ma porte ce soir ; Je décroche le Prix Nobel en décembre, etc.), il y a de fortes probabilités pour que j’atterrisse de nouveau sur le canapé du salon à regarder « mes films du 31 ».

N’étant pas très à l’aise dans les soirées « spécial réveillon » (j’ai une propension à passer la première heure de l’année dans les toilettes pour éviter les bises intempestives !) et n’aimant pas particulièrement cette soirée (comme une autre, en fait !), j’ai trouvé la parade idéale depuis plus d’une décennie.

Je réunis mes plus proches copains (les vrais sont en train de festoyer dans une salle surchauffée avec de parfaits inconnus !) et quelques invités de dernière minute.

Côté copains, il y a un ou deux Oliver Stone, deux Fincher, deux Loach, Un Gilliam, Un Hugues et deux ou trois classiques.

Ah, oui, pardon, je parle de cinéma, là !

Donc, une fois sélectionnés, les films sont listés dans l’ordre d’apparition à l’écran … Un bien déprimant, un culte, un drôle, un thriller, un culte, un déprimant, un très très noir, et enfin un plus joyeux.

Parmi les invités de dernière minute, je compte souvent sur un concert de Blur ou d’Arctic Monkeys, ou bien un DVD musical quelconque (choisi avec grand soin, il ne faudrait pas, non plus, que je tourne de l’œil !), pour remonter le moral des troupes (moi ?) vers trois heures dix.

Immanquablement, je râle (oui, à ce moment précis de l’année aussi !) sur le manque de temps de la soirée… Parce qu’en effet, tout est planifié (qui vient de dire « control-freak ! » ?) et ne supporte aucun retard.

Parce que la soirée commence invariablement vers vingt heures trente avec l’apéritif (cognac/ananas) qui accompagne le premier film de la soirée (La Charge Héroïque), histoire de se mettre en forme ; Suivent alors le repas (généralement du poisson, du riz et des noix de St Jacques avec de la glace au caramel au beurre salé en intraveineuse !) et l’amoncellement des films.

Parmi les immuables, je peux citer : Se7en, The Breakfast Club, Half Nelson, Wall Street (le premier, pas l’autre), Alien3, Le Vent se lève, Ae Fond Kiss, Brazil, l’Armée des Douze Singes, Alexandre, Usual Suspects et Mosquito Coast.

Le marathon se termine généralement l’après-midi du premier janvier avec le larmoyant « Stand by Me », où je me mets à pleurer comme une madeleine à la fin du film (Bonne Année, Lisa !).

J’ai éliminé définitivement « le Cercle des Poètes Disparus » qui n’était jamais visionné en entier à cause de ma disposition à pleurer dès la première image ! Pourtant, Dieu seul sait (et mes amis aussi) que je ne suis pas femme à pleurer au cinéma (et ailleurs ?) !

Evidemment, la musique arrive vers trois heures du matin quand je sens poindre un délicat endormissement. Blur surgit pour me sauver la mise (la plupart du temps, je visionne Starshaped, histoire de me rappeler les bons vieux souvenirs !) et je repars le sourire aux lèvres avec la régression suprême « The Breakfast Club ».

En résumé, mon 31 décembre est très organisé, plutôt sombre (entre bêbête Alien et tueurs en série !) mais avec de l’air frais (Mosquito Coast et le vent irlandais de Loach !) et la vision sur quelques jolis garçons dont le regretté River Phoenix.

Ah, oui, j’oubliais, la tenue…. Heu, comment dire ? C’est sûrement la seule soirée de l’année où vous me pourriez m’observer marcher (sans difficulté. Je sais faire !) avec des talons de 12 (cm) assortis à la robe noire. 

Et oui ! Je m’habille.

«  Pas de converse ? » : Non, jamais le 31 décembre… au cas où Jude Law passerait à l’improviste !

No comments:

Post a Comment

N'hésitez pas... tous les auteurs aiment les commentaires....

Le blog d'une ItemLiz Girl

Top


Rechercher dans ce blog