Tuesday, August 14, 2012

blur... To The End..

Ah le concert de clôture des Jeux Olympiques à Hyde Park. Non, pas la cérémonie de clôture au Stade Olympique, avec chanteurs, Prince, Princesse, officiels, etc. Non, je vous parle du concert de clôture donné par blur (et accessoirement par trois autres groupes en première partie… et non des moindres, puisque les deux dernières à passer étaient New Order et The Specials).
Laissez-moi vous dire, toute d’abord, que Londres parée de tous ses drapeaux, les anneaux olympiques et de cette masse de touristes venus du monde entier, c’était juste magique dès l’arrivée à St Pancras (International Railway Station… Histoire de bien situer le lieu). St Pancras est devenu depuis quelques années un lieu assez intéressant avec l’implantation d’un hôtel directement au-dessus de la gare.
Alors, quand j’ai débarqué de l’Eurostar à la « maison », j’ai ressenti une fierté comme rarement auparavant : Union Jack sur ma valise, dans mes cheveux et une sourire de Joconde. Il n’y a pas des milliers d’endroits dans le monde qui me font cet effet-là ! Il y en a trois : 2 pays (associés chacun à deux villes !) et un village.
- Le Royaume-Uni (Londres et Liverpool)
- L’Irlande (Derry, oui, je sais, cela relève du Royaume-Uni, mais mon cœur me dit le contraire depuis des dizaines d’années, et Dingle)
- Saint-Martial Viveyrols.
Alors, honnêtement, j’ai été souvent émue aux larmes pendant ce long weekend, tellement les émotions étaient au rendez-vous à chaque coin de rue. Voir mes amis en fait aussi grandement partie.
L’autre émotion fut sans aucun doute le concert de clôture des Jeux Olympiques à Hyde Park mené par Blur, donc, avec une maîtrise, une énergie et une sensibilité incroyables. 80 000 personnes à l’unisson (sans compter ceux hors du coin réservé aux détenteurs de billets) qui reprennent allégrement chaque titre et qui réagissent à chaque allusion de Damon Albarn, leader incontesté et incontestable.
Les sourires de Damon Albarn, Graham Coxon, Alex James et Dave Rowntree en disaient long sur cette extraordinaire communion que nous ressentions donc. Bizarrement, le frisson est venu de Damon Albarn lui-même qui nous a gratifiés d’un « We love you dearly » qui n’est guère dans ses habitudes. Un chant du cygne, diront certains ? Peut-être. Mais le cygne est drôlement beau et en forme.
Ceci étant dit, un concert de blur est un évènement un brin mythique en Angleterre. Blur, c’est blur. Point. Là-bas, nul besoin de vous expliquer sur votre goût pour leur musique, tout le monde connaît au moins une chanson. Il faut voir les britanniques hurler à pleins poumons (une bière à la main, sans en perdre une goutte !) les célébrissimes « Parklife », « Country House », « Tender » et « Girls&Boys ».
Cela relève du trésor national (le mien perso étant Graham Coxon !)
Et moi, ce trésor national, je l’aime depuis vingt-deux ans…. Et sur « The Universal », je n’ai pas pu m’empêcher (mais le voulais-je vraiment ?) de verser une petite larme et d’avoir des frissons !

Quel beau weekend !





Oui, oui, ce sont mes converses !!!